dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU rejette l’expansionnisme israélien et met en garde contre l’escalade du conflit

Ramallah, 19 janvier (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a critiqué la décision israélienne d’étendre ses colonies en Cisjordanie et a averti qu’elle augmentera le risque de confrontation et érodera les perspectives de paix, a souligné aujourd’hui Wafa.

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) est préoccupé par la décision des autorités israéliennes de faire avancer les plans de construction d’environ 800 unités de peuplement, dont la plupart seront situées dans les profondeurs de la Cisjordanie, a souligné le porte-parole de Guterres, cité par l’agence de presse.

Ce projet, a-t-il souligné, accroît le risque d’affrontement, sape encore davantage le droit de ce peuple arabe à l’autodétermination, puis érode la possibilité de mettre fin à l’occupation et d’établir un État palestinien souverain uni et viable sur la base des lignes d’avant 1967.

Cette semaine, le Gouvernement sioniste a annoncé l’approbation d’un tel programme, rejeté par les dirigeants de l’Autorité nationale palestinienne (ANP) qui ont sollicité l’appui de la communauté internationale pour le freiner.

Le plus haut représentant des Nations Unies réaffirme que ces colonies de peuplement n’ont aucune valeur juridique et constituent une violation flagrante des préceptes du droit, et qu’elles constituent un obstacle majeur à l’instauration d’une paix juste et durable, a ajouté le porte-parole.

Hier, le premier ministre de l’ANP, Mohammad Shtayyeh, a de nouveau averti qu’Israël est dans une course contre la montre pour étendre ses colonies en Cisjordanie et imposer le fait accompli.

Le monde doit adopter une position sérieuse pour mettre un terme à ces manœuvres et assumer sa responsabilité de protéger la solution des deux États, proposée pour mettre fin au conflit israélo-palestinien, a souligné le dirigeant.

Israël agit à la hâte avant que le président sortant des États-Unis, Donald Trump, ne quitte la Maison Blanche, et souhaite saluer son successeur, Joe Biden, avec ce paquet de nouveaux bâtiments, a ajouté le premier ministre.

Début 2020, Trump a présenté le prétendu Accord du Siècle, en vertu duquel le gouvernement sioniste pourrait annexer à son territoire jusqu’à 30 pour cent de la Cisjordanie.

Ce document déclare Jérusalem, revendiquée des deux côtés, comme capitale indivisible d’Israël.

Selon Peace Now, un groupe israélien de surveillance des colonies de peuplement, son pays a approuvé ou progressé dans la construction d’environ 12.000 maisons de colons en Cisjordanie en 2020.

C’est le nombre le plus élevé en un an, a-t-il ajouté. Plus de 700000 Israéliens vivent déjà sur le territoire palestinien.

peo/agp/ap

EN CONTINU
notes connexes