mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Royaume-Uni retire sa licence à la chaîne de télévision chinoise CGTN

Londres, 8 février (Prensa atina) Le bureau de réglementation des télécommunications au Royaume-Uni (Ofcom) a retiré jeudi dernier la licence d’exploitation à la télévision d’État chinoise CGTN en raison d’un prétendu manque de contrôle sur sa ligne éditoriale.

Selon l’Ofcom, le permis de transmission était au nom de Star China Media Limited, une société privée qui n’était pas responsable de la rédaction des programmes diffusés par la chaîne par satellite en anglais.

L’organisme de réglementation a ajouté qu’une demande de transfert de la licence à une autre entité étatique chinoise – China Global Television Network Corporation (CGTNC)- a également été rejetée, considérant qu’elle est contrôlée par le Parti communiste du pays asiatique.

En réponse à l’enquête d’Ofcom, la télévision du pays asiatique a fait valoir, pour sa part, que l’actionnaire principal de CGNTC est la chaîne de télévision d’État CCTV, qui a un statut similaire à celui de la BBC britannique, du Groupe France Télévision ou de la NHK du Japon.

Selon une déclaration citée par le quotidien The Guardian, la CGTN affirme que le conseil d’administration exerce un contrôle indépendant sur la politique éditoriale de la chaîne.

La révocation de la licence d’exploitation de la chaîne chinoise a coïncidé avec une plainte déposée par la chancellerie du pays asiatique à la BBC à Pékin, concernant un reportage sur la situation de la Covid-19 diffusé le 29 janvier dernier.

Dans une déclaration publiée sur son site web, le Ministère chinois des Affaires Étrangères a accusé la chaîne publique britannique de lier la pandémie à la politique et d’utiliser des images d’un exercice antiterroriste pour décrire des prétendues ‘violations des droits de l’Homme et application violente de la loi’ par les forces de l’ordre.

Après avoir appelé la BBC à s’excuser publiquement auprès de la Chine pour avoir diffusé de fausses informations et l’avoir exhortée à renoncer à son parti pris idéologique et à faire un rapport équilibré et objectif, la chancellerie a indiqué qu’elle se réservait le droit de prendre d’autres mesures.

peo/mem/nm

EN CONTINU
notes connexes