jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´opposition d’Haïti nomme un juge président du gouvernement transitoire

Port-au-Prince, 8 février (Prensa Latina) L’opposition haïtienne a nommé aujourd’hui le juge Joseph Mécène Jean-Louis président du gouvernement de transition, malgré le refus du mandataire Jovenel Moïse de quitter le pouvoir.

Mécène est le plus ancien juge de la Cour de cassation et sa nouvelle mission serait de diriger l’administration intérimaire au cours des deux prochaines années.

Dans un bref discours à la nation transmis sur les réseaux sociaux, il a mis fin au mandat présidentiel de Moïse et a accepté son élection par l’opposition politique et la société civile ‘pour servir mon pays comme président de la transition de rupture’.

Cette nomination intervient après le refus de Moïse de céder son poste, au motif que la Constitution prévoit un mandat de 60 mois pour les chefs d’État.

‘Il me reste 364 jours au pouvoir, il n’y aura pas de transition’, a-t-il dit la veille au cours d’une allocution, dans laquelle il a également appelé au dialogue ‘pour donner un autre cap au pays’.

Au cours de son intervention, Moïse a réaffirmé que la police avait déjoué une tentative de coup d’État et d’assassinat qui avait abouti à l’arrestation de 23 personnes, dont le juge de cassation Yviquel Dabrésil et une inspectrice de police.

‘Ils avaient pris contact avec de hauts responsables de la police du Palais National, dont le travail était d’arrêter le président, de le conduire dans cette maison de Petit Bois et faciliter l’installation d’un nouveau président provisoire qui ferait la transition’, a assuré quelques heures plus tard le premier ministre Joseph Jouthe lors d’une conférence de presse.

Jouthe a également annoncé que parmi les preuves saisies aux personnes détenues, outre les armes et l’argent, figurait également le discours d’installation en tant que mandataire du juge Dabrésil.

‘Yvickel Dabrésil devait être le président provisoire. Ils allaient faire un coup d’État. Ils avaient déjà toutes les armes. Ils projetaient d’installer un gouvernement aujourd’hui, selon l’information obtenue’, a-t-il dénoncé.

Pour le moment, tous les secteurs d’opposition ne se sont pas encore prononcés sur la nomination du président par intérim.

peo/mem/Ane

EN CONTINU
notes connexes