vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le projet Ecomadera Cubana se tourne vers l’avenir

Par Mayra Pardillo Gómez

La Havane, 9 février (Prensa Latina) Ecomadera Cubana (L´Écobois Cubain) est un projet mis au point par des travailleurs indépendants (TCP) de la municipalité de Fomento, dans la province centrale de Sancti Spíritus, pour la fabrication de ce qu’ils ont appelé le bois plastique, à partir du recyclage, et il prend maintenant une nouvelle dimension après la signature de son premier contrat d’exportation.

L’initiative a vu le jour en 2014, lorsque ses fondateurs, l’ingénieur Pavel Sánchez et le licencié Yoel Torres, ont commencé à produire du matériel synthétique à partir des déchets de fabrication de la coopérative non agricole (CNA) La Esperanza.

Dans une interview accordée à Negocios en Cuba, Sánchez explique qu’après plusieurs mois de recherches et d’essais, le 21 mars 2015, ils ont réussi à obtenir industriellement le produit sous cette dénomination, qu’ils ont gardé comme nom commercial du projet.

PREMIÈRE EXPORTATION ET PROJECTIONS

‘Avec la signature de notre premier contrat d’exportation, par l’intermédiaire de la société BK Importexport, le pays intègre dans son portefeuille un produit à forte valeur ajoutée soutenu par l’innovation technologique’, assure-t-il.

Les 24 tonnes de matériel expédiées en République Dominicaine ouvrent une voie de collaboration face à l’intérêt croissant des nations de la région, affirme-t-il.

L’une des projections est de consolider le potentiel axé sur l´étranger en intégrant des services en réponse aux demandes des clients locaux et internationaux.

Les passerelles pour les dunes, les ponts, les plates-formes, les palettes, les clôtures périmétriques et les murs sont quelques-uns de ses principaux produits fabriqués par Ecomadera.

LES PRODUCTIONS PROFITENT AU TOURISME

Le projet est en plein essor et la coordination implique l’ingénieur Lenier Diaz et Yoeldys Morales, dans une union où travailleurs et entreprises publiques du pays interviennent dans la collecte et la fourniture de matières premières.

Après avoir été transformées en colonnes, poutres, planches et autres éléments en bois plastique, en accord avec les intérêts des clients, elles sont utilisées dans des travaux exécutés principalement par des entités coopératives.

Ces travaux profitent à divers secteurs de l’économie comme le tourisme.

Les installations comptant sur la participation d´Ecomadera Cubana comprennent des hôtels de la plus grande station balnéaire de l’île, Varadero, dans la province occidentale de Matanzas.

Nous fournissons également des secteurs économiques, en particulier dans les provinces de La Havane, Matanzas, Villa Clara, Sancti Spíritus et Santiago de Cuba, ajoute Sanchez.

IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Environ 400 mille tonnes de déchets plastiques sont générées chaque année dans le pays, selon des estimations, tandis que le recyclage permet de récupérer entre 4.000 et 5.000 tonnes, soit un peu plus d’un pour cent du total des déchets de cette source, explique Sánchez.

Où va le reste? Il pollue notamment des aquifères et autres lieux pour des siècles, signale-t-il.

Le processus technologique d´Écomadera comprend la collecte, le choix du type de plastique, le broyage et le lavage. Toutes les machines utilisées sont artisanales, conçues et construites par des ingénieurs et des créateurs du projet.

‘Au cours de la première année nous avons traité environ 14 tonnes ; actuellement nous oscillons autour de 500 par an, et d’ici 2022 nous voulons arriver à traiter mille tonnes’, manifeste Sanchez.

Au cours de ces années, nous avons recyclé une quantité similaire d’ordures, ce qui équivaut à la fin de l’abattage de 10 mille arbres, à la non-émission de 1.500 tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et nous avons économisé au pays environ 2 millions de dollars en substitution d´importations, souligne-t-il.

Nous entretenons des partenariats étroits avec des établissements d’enseignement et des institutions qui s’occupent de l’environnement, comme la Société nationale pour la protection de la flore et de la faune, ajoute Sanchez.

Chacune de ces actions est alignée sur les Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 de l’ONU, et notre travail dépend de la réalisation de sept de ces objectifs et du Plan national de développement économique et social jusqu’à cette année, a conclu l´un des fondateur du projet Ecomadera Cubana.

peo/ du mensuel Negocios en Cuba

EN CONTINU
notes connexes