jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Rafael Correa conteste la reconnaissance de Guaido comme président en charge du Venezuela

Caracas, 15 février (Prensa Latina) L’ancien président de l’Équateur Rafael Correa a remis en question la reconnaissance accordée par plusieurs pays au chef de l’opposition d´extrême droite Juan Guaidó en tant que prétendu mandataire en charge du Venezuela, cité par le quotidien Últimas Noticias la semaine dernière.

Correa a qualifié de ridicule le fait de reconnaître Guaidó comme président par intérim du Venezuela, un acte d’usurpation soutenu en janvier 2019 par les États-Unis et leurs alliés internationaux et considéré à Caracas comme une tentative de coup d’État.

‘Quel plus grand ridicule de reconnaître Guaidó, alors demain sur la place publique je vais m’autoproclamer président de la Colombie, espérons qu´ils me reconnaissent’, a ironisé Correa dans des déclarations à un média colombien, citées dans son édition numérique par le journal vénézuélien le plus répandu dans ce pays.

De même, l’ancien mandataire équatorien a critiqué ce qu’il a qualifié d’obsession de la presse et du gouvernement colombiens à l’égard du Venezuela, alors que des massacres de leaders sociaux se produisent quotidiennement sur ce territoire et qu’un peuple s’enfonce dans la misère grâce aux politiques néolibérales.

Lors de sa récente visite au Venezuela pour participer en tant qu’observateur aux élections législatives de décembre dernier, Correa a critiqué la distorsion existant sur la nation bolivarienne, et ce dans le but de refléter la fausse existence d’une dictature.

Le 23 janvier 2019, le député Juan Guaidó s’est autoproclamé président chargé du Venezuela, dans un acte d’usurpation soutenu par l’administration nord-américaine de Donald Trump et certains pays de l´Union Européenne, dont la France.

Cette action a ouvert la porte au blocus et à la spoliation de milliards de dollars de biens et d’avoirs de l’État vénézuélien à l’étranger, dans le cadre de la stratégie de Washington pour un changement de régime dans la nation sud-américaine.

peo/agp/Wup

EN CONTINU
notes connexes