mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La décision de la Cour pénale internationale qualifiée de coup dur pour Israël

Par Adalys Pilar Mireles

Le Caire, 17 févr (Prensa Latina) L’ancien ambassadeur de Palestine en Égypte, Barakat El Farra, a qualifié de coup dur pour Israël l’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) dans lequel elle a confirmé sa compétence pour juger les crimes commis contre le peuple arabe.

Il s’agit d’un jugement en faveur de la justice qui permettra de poursuivre et de juger les soldats de l’occupation qui ont commis des crimes de guerre contre notre peuple, un tel verdict constitue sans aucun doute un coup pour Israël, a déclaré le diplomate dans des déclarations à Prensa Latina.

Dans une évaluation préliminaire, la CPI a qualifié les Forces de défense israéliennes de responsables présumés d’attaques contre la population civile.

El Farra a déclaré que la reconnaissance des droits inaliénables de ces hommes et de ces femmes sur leur terre contribuerait à parvenir à un règlement politique juste et global du conflit israélo-palestinien, et par conséquent favoriserait la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient.

Évoquant le récent sommet du Caire, auquel ont participé une quinzaine de mouvements politiques basés dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, l´ancien ambassadeur a souligné le caractère constructif des discussions et des dialogues autour des prochaines élections législatives et présidentielles, respectivement prévues pour mai et juillet.

Ce processus permettra de former un gouvernement d’unité nationale chargé de résoudre les problèmes en suspens et de mettre fin à la division entre les différentes forces, a insisté El Farra.

Un autre défi majeur, a-t-il manifesté, est de mettre fin à l’occupation sioniste et d’établir l’État palestinien indépendant tant attendu, avec Jérusalem-Est pour capitale et les lignes de démarcation du 4 juin 1967.

Ce serait un moyen de soulager les souffrances des enfants de notre patrie et de promouvoir le développement, a-t-il affirmé.

Parallèlement au rendez-vous palestinien au Caire, la Ligue Arabe a tenu une réunion d’urgence qui s’est terminée par un appel à la reprise des pourparlers entre les palestiniens et les représentants du gouvernement israélien, fondés sur des propositions faisant l’objet d’un large consensus international.

La Ligue Arabe et l’Organisation des Nations Unies approuvent la vision des deux États contigus, aux frontières d’avant la guerre de 1967, ainsi que le statut spécial de Jérusalem, revendiqué par les deux parties.

Elles considèrent également comme illégales les colonies israéliennes en Cisjordanie, où vivent plus de 700 mille personnes.

peo/mem/ap

EN CONTINU
notes connexes