lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU avertit que 4,4 millions d’Haïtiens auront besoin d’aide humanitaire

Port-au-Prince, 18 février (Prensa Latina) Plus de 4,4 millions d’Haïtiens, soit 40 % de la population, pourraient avoir besoin d’aide humanitaire au cours de cette année 2021, a averti aujourd’hui un rapport des Nations Unies.

Selon l’étude du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), la crise politique et économique, la pandémie et les catastrophes naturelles ont contribué à aggraver la situation des plus vulnérables dans ce pays.

Le texte avertit que le nombre de personnes dans le besoin a augmenté de 79% par rapport à février 2020, quand 2,6 millions de personnes ont eu besoin d’aide.

Depuis 2018, les bouleversements politiques extrêmes ont eu des effets négatifs sur la fragilité et la résilience de la population, auxquels se sont ajoutés le fléau de la Covid-19 et les impacts d’événements naturels comme la tempête tropicale Laura qui a fait une trentaine de morts l’année dernière.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires note également les effets de l’insécurité, de l’augmentation des enlèvements, des affrontements entre bandes armées qui ont entraîné la mort de civils et des déplacements de population.

Pour sa part, la Commission nationale de la sécurité alimentaire a indiqué début février qu’au moins 42 % des 11,4 millions d’habitants ont besoin d’aide humanitaire, dont 905.471 sont en situation d’urgence.

Selon l’instance, d’ici juin prochain, plus de 1,1 million de personnes auront besoin d’une aide d’urgence et 33 % de la population sera en grande difficulté.

Ces chiffres sont révélés alors que les troubles sociopolitiques s’intensifient en raison de la durée du mandat présidentiel et que les manifestations antigouvernementales se multiplient.

Une large frange de l’opposition et des organisations sociales estiment que le mandat présidentiel de Jovenel Moïse a pris fin le 7 février dernier, selon la Constitution en vigueur, alors que le gouvernant estime que son mandat se prolonge jusqu’en 2022.

Le gouvernement a récemment arrêté une vingtaine de personnes soupçonnées d’avoir participé à une tentative de coup d’État et a remplacé trois juges pourtant ‘inamovibles’ de la Cour de cassation, la plus importante instance judiciaire du pays.

peo/mem/Ane

 
EN CONTINU
notes connexes