lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

28 anciens députés de la droite vénézuélienne inhabilités

Caracas, 24 février (Prensa Latina) Au moins 28 anciens députés de la droite vénézuélienne se trouvent aujourd’hui dans l’incapacité d’être élus à des postes publics pour avoir refusé de respecter la Déclaration Jurée de Patrimoine (DJP).

La mesure entrera en vigueur ce mercredi, après avoir été approuvée par le Bureau du Contrôleur général de la République (CGR), comme l’a indiqué le plus haut représentant de l’organe Elvis Amoroso.

‘Tous les fonctionnaires, nous sommes tenus de déclarer devant le CGR, afin que le peuple et l’État vénézuélien connaissent le patrimoine des fonctionnaires publics, comme un instrument moralisateur’, a souligné Amoroso.

Celui qui est également président du Conseil moral républicain a déclaré que le plus haut organe de contrôle procéderait à des enquêtes sur les irrégularités administratives commises à l’encontre du patrimoine public, prendrait des mesures, demanderait réparation et appliquerait les sanctions prévues par la loi.

Il a rappelé qu’il y a près d´un mois, il s’est exprimé devant la nouvelle Assemblée Nationale (AN) élue pour lancer un appel et exhorter tous les députés sortants et entrants de l’AN à faire leur déclaration de patrimoine sous serment, mais qu´il a malheureusement regretté de rencontrer un groupe de parlementaires refusant de la présenter.

Le contrôleur général a précisé qu’il espère que l’Union Européenne (UE) et d’autres pays du monde n’iront pas défendre ces députés d’extrême droite liés à des faits de corruption.

‘Nous espérons continuer à respecter les dispositions de la loi et, la semaine prochaine, nous informerons à nouveau le peuple vénézuélien des enquêtes menées par le CGR’, a-t-il indiqué.

Parmi les personnes sanctionnées figurent l’ancien président de l’Assemblée Nationale Juan Guaidó, reconnu durant un temps comme président en charge du pays par les États-Unis et l´UE, et d’autres personnes impliquées dans plusieurs affaires de corruption, comme Julio Borges et Fredy Guevara.

peo/msm/ycv/cvl

EN CONTINU
notes connexes