mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU demande à Israël de mettre fin aux démolitions de logements palestiniens

Ramallah, 26 février (Prensa Latina) La Coordinatrice des Nations Unies (ONU) pour le territoire palestinien occupé, Lynn Hastings, a exigé d’Israël de mette fin aux démolitions de logements de ce peuple arabe et de permette l’acheminement de l’aide humanitaire aux personnes la nécessitant.

La représentante de l’ONU a appelé à mettre fin à la destruction des logements palestiniens et à faciliter la distribution d’eau et de nourriture aux communautés vulnérables originaires de la dénommée zone C, qui se trouve en Cisjordanie et sous le contrôle du gouvernement sioniste, a rapporté l’agence de presse Wafa.

Cette demande fait suite à la visite de Hastings dans la région de Humsa al-Baqaia, au nord de Jéricho, où Israël a démoli des maisons et d’autres biens et confisqué des ressources vitales à ses habitants afin d’ouvrir la voie à ses plans expansionnistes, a signalé Wafa.

Il s’agit d’une manœuvre visant à faire sortir les familles de leurs foyers et les déplacer de leurs terres, malgré les appels répétés de la communauté internationale pour que cessent ces actions, conformément au droit international, a souligné la diplomate.

Cette semaine, le premier ministre de l’Autorité nationale palestinienne (ANP), Mohammad Shtayyeh, a dénoncé le fait que des policiers au service d’Israël ont laissé des centaines de familles palestiniennes sans abri au milieu du fléau de la Covid-19 et y compris lors d’une récente tempête accompagnée de neige.

Le dirigeant a également demandé le soutien de l’ONU dans le but de mettre en place des mécanismes de protection pour son peuple, face à ce qu’il a appelé une vague de terreur perpétrée par des colons israéliens déterminés à étendre leurs colonies en Cisjordanie.

Shtayyeh a mis en garde contre le fait que l’État sioniste compromet la possibilité de trouver une issue au conflit car il cherche à faire appel à des politiques de fait accompli qui rendraient impossible la création d’un territoire indépendant pour les Palestiniens et aux frontières d’avant 1967.

Il a néanmoins réitéré la volonté de l’ANP de dialoguer avec la contrepartie sous les auspices de l’ONU et sur la base des résolutions émises par cet organisme, dont la 2334 qui déclare illégales les colonies en Cisjordanie.

peo/mem/ap

EN CONTINU
notes connexes