mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des agences de l’ONU sollicitent des financements pour les réfugiés en Afrique

Genève, 2 mars (Prensa Latina) Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) ont aujourd’hui demandé 266 millions de dollars pour empêcher la diminution de la quantité des vivres distribuées aux réfugiés en Afrique de l’Est.

Selon un communiqué publié par le HCR, le manque de fonds a entraîné des diminutions allant jusqu’à 60 pour cent, ce qui accroît le risque de malnutrition et d’anémie ainsi que le retard de croissance chez les enfants.

On estime que ces réductions toucheront plus de trois millions de personnes dans l’est du continent.

« Nous n’avons jamais eu une situation de financement aussi terrible pour les réfugiés. Nous avons un déficit de 266 millions de dollars pour couvrir leurs besoins minimaux pour les six prochains mois », a déclaré Michael Dunford, directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Est.

Il a ajouté que ‘la priorité immédiate doit être le rétablissement de l’assistance au moins à des niveaux minimaux pour les réfugiés’, dont beaucoup sont touchés par la pandémie de Covid-19.

‘Nous devons commencer à satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnels des réfugiés dans la région maintenant’, a précisé le fonctionnaire de l’ONU.

Pour sa part, Clementine Nkweta-Salami, directrice du bureau régional du HCR pour l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs, a reconnu que ‘la pandémie a été dévastatrice pour tous, mais encore plus pour les réfugiés’.

Elle a ajouté que les préoccupations grandissent et a assuré que la diminution des rations alimentaires ou les coupes budgétaires provoquent des stratégies de survie négatives pour répondre aux besoins alimentaires de base des réfugiés et a énuméré un certain nombre de conséquences préjudiciables.

‘Il y a souvent du désespoir et un sentiment de ne pas avoir le choix’, a déploré la fonctionnaire.

Dans les 11 pays desservis par le Bureau du HCR pour l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs, 72 % des 4,7 millions de réfugiés sont confrontés à des réductions alimentaires.

peo/agp/mt

EN CONTINU
notes connexes