dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Venezuela ordonne la révision des relations avec l’Espagne

Caracas, 2 mars (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a ordonné samedi dernier de revoir en profondeur les relations avec l’Espagne, dénonçant l’ingérence constante du gouvernement du pays européen dans les affaires intérieures de la nation sud-américaine.

Lors d’une rencontre avec des mouvements sociaux au Congrès Bolivarien des Peuples, le mandataire vénézuélien a condamné l’agenda développé par la chancelière espagnole Arancha González Laya lors de sa visite en Colombie, qu’il a qualifié d’ingérence.

Le chef de l’État a réitéré l’avertissement aux autorités de Madrid quant à la réponse forte de Caracas à toute agression, « qu’elle soit de parole, d’action, diplomatique ou politique ».

La ministre espagnole des Affaires étrangères a abordé la question de la migration vénézuélienne lors de son séjour en Colombie, qui comprenait une visite de la ville frontalière de Cúcuta en compagnie de son homologue colombienne, Claudia Blum.

À cet égard, Maduro a questionné la politique de deux poids, deux mesures de la chancelière González Laya, qui émet des déclarations concernant le Venezuela et ignore d´autre part les massacres de leaders sociaux et autres violations des droits de l’Homme en Colombie.

Le président vénézuélien a également exhorté les autorités espagnoles à trouver une solution à la grave crise migratoire de ‘milliers d’Africains qui meurent’ en tentant de traverser la mer Méditerranée pour atteindre le territoire européen.

Le Gouvernement vénézuélien s’est interrogé à maintes reprises sur l’adoption récente du dénommé Statut de protection temporaire annoncé par Bogota, dont bénéficieraient environ deux millions de migrants en situation irrégulière.

D’après les porte-parole de l’exécutif bolivarien, cette mesure constitue un acte de l’administration d’Ivan Duque pour ‘faire bonne figure’ au mandataire des États-Unis, Joe Biden, et justifier la demande de fonds internationaux pour l’aide humanitaire.

peo/rc/Wup

EN CONTINU
notes connexes