mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un bombardement de l’armée colombienne tue une douzaine de mineurs

Bogota, 10 mars (Prensa Latina) Une douzaine de mineurs sont décédés à la suite d’un bombardement de l’armée colombienne dans le cadre d’une opération contre des groupes insurgés dans le département de Guaviare, révèlent aujourd’hui des médias.

Le journaliste et politicien Hollman Morris a confirmé cette information dans une émission en direct sur YouTube et a donné des informations sur les mineurs qui ont été tués lors de l’action militaire du 2 mars dernier.

Hollman, ancien candidat à la mairie de Bogota pour le mouvement Colombia Humana, a imputé la situation à l’influence dans la région de groupes armés comme le Clan del Golfo, organisation accusée de recrutement forcé de mineurs.

Il a également attiré l’attention sur le fait qu’il n’y avait aucune présence de l´État dans ces zones et sur l’absence de politiques efficaces pour éviter que les enfants et les adolescents ne soient à la merci de ces groupes armés.

Le ministre de la Défense, Diego Molano, a répondu que l’opération avait suivi les protocoles établis pour des actions de ce type établis dans le droit international humanitaire, note le quotidien El Tiempo.

Dans le même temps, son portefeuille ne reconnaît que la mort de deux mineurs et insiste pour attendre les résultats d’une enquête du Bureau du Procureur général de la nation afin de corroborer l’information.

Au moment de l’opération, le titulaire de la Défense a salué le travail des militaires et confirmé la mort d’au moins 13 « dissidents des FARC ».

Il s´agit de guérilleros des anciennes Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du peuple (FARC-EP, maintenant démobilisées) qui ont repris les armes, pour la plupart en raison du nom respect de l’Accord de Paix avec l’État de la part du gouvernement d’Ivan Duque.

Par ailleurs, le portail Rebelión, dans sa publication ‘Massacre officiel à Calamar, Guaviare’, porte à plus de 20 le nombre de victimes et de disparus et corrobore l’information de Hollman en précisant que les mineurs étaient âgés de 10 à 19 ans.

peo/mgt/avs

EN CONTINU
notes connexes