mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine répond à Boris Johnson au sujet des Malouines

Buenos Aires, 17 mars (Prensa Latina) Le Gouvernement argentin a répondu aujourd’hui aux déclarations du premier ministre britannique, Boris Johnson, qui a averti qu’il maintiendrait la présence militaire dans les îles Malouines, territoire usurpé à cette terre australe en 1833.

 

Dans une déclaration, la Chancellerie sud-américaine a souligné qu’une fois de plus le Royaume-Uni devrait écouter la communauté internationale, qui prône la fin du colonialisme dans le monde et en particulier dans le cas des îles Malouines.

‘Les considérations prônées par le premier ministre Johnson réitèrent le regard colonialiste traditionnel du Royaume-Uni sur les îles Malouines et l’ensemble des possessions britanniques autour du monde et pour l’Argentine celles-ci n’expriment pas de nouveauté par rapport à la politique coloniale britannique’, précise le communiqué.

Il ajoute que le Royaume-Uni soutient la présence illégitime dans l’Atlantique Sud, dans le but de s’approprier les richesses qui y existent et de contrôler tant l’accès à l’Antarctique que le passage entre l’Atlantique et le Pacifique.

‘L’Argentine dénonce en permanence le fait que l’un des principaux objectifs du Royaume-Uni est de maintenir une base militaire aux Malouines, action que les pays de l’Atlantique Sud de l’Amérique latine et de l’Afrique qui composent la zone de paix de l’Atlantique Sud ont présenté comme une menace pour toute la région’, précise le texte.

Par ailleurs, le Gouvernement de cette nation sud-américaine a rappelé qu’il avait dénoncé à plusieurs reprises que cette base violait la résolution 31/49 des Nations Unies qui interdit les actions unilatérales dans la zone contestée, comme le cas de cette base militaire.

‘Cette situation se produit de plus dans un contexte de profonde préoccupation de la part de ceux qui croient que le Brexit a affaibli la position britannique dans le monde et qui sont en particulier affectés par l’exclusion des territoires d’outre-mer comme les Malouines, Sandwich du Sud et Géorgie du Sud et des espaces maritimes environnants de l’accord de libre-échange avec l’Union Européenne’, ajoute le texte.

Enfin, l’exécutif dirigé par Alberto Fernández a réaffirmé que depuis le retour à la démocratie, cette nation ne reconnaît que le dialogue, la diplomatie et la paix comme les seuls moyens de recouvrer l’exercice de la souveraineté sur ce territoire contesté.

Comme l’a signalé notre président Fernandez au Congrès de la nation le 1er mars dernier, ‘nous pensons que le temps est venu pour le dialogue bilatéral en vue du rétablissement de l’exercice de la souveraineté sur les îles Malouines, conformément à la résolution 2065 des Nations Unies, car au XXIe siècle il ne doit plus y avoir de place pour le colonialisme’, conclut le communiqué.

peo/msm/may/gdc

EN CONTINU
notes connexes