lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela présente des documents relatifs à une plainte contre les États-Unis

Caracas, 17 mars (Prensa Latina) Le Venezuela a présenté au Parquet de la Cour Pénale Internationale (CPI) de nouveaux documents concernant la plainte déposée contre les Etats-Unis pour l’imposition de mesures coercitives, a rapporté hier le chancelier Jorge Arreaza.

Via le réseau social Twitter, le ministre des Affaire Étrangères a indiqué que l’État vénézuélien a présenté les rapports émis par la rapporteuse spéciale de l’ONU Alena Douhan et le propre Bureau étasunien de responsabilité gouvernementale (GAO, pour ses sigles en anglais) sur l’impact des dénommées sanctions.

Ces informations ont été fournies afin de mettre à jour la justification de la saisine de la CPI par le Venezuela en février 2020, dans laquelle ce pays a dénoncé la mise en œuvre des mesures coercitives par Washington en tant que crimes contre l’humanité, a indiqué le ministre.

Dans une récente expertise, le GAO a reconnu que les mesures punitives prises par les États-Unis ont contribué à l´effondrement brutal de l’économie vénézuélienne et ont limité les recettes pétrolières.

Cette agence du pouvoir législatif de contrôle du Gouvernement fédéral a indiqué dans son évaluation que les indicateurs économiques du Venezuela ont chuté brutalement depuis le début des mesures coercitives de Washington en 2015, et plus particulièrement à partir de 2019.

Pour sa part, la rapporteuse spéciale de l’ONU Alena Douhan a reflété dans son rapport sur la situation dans le pays sud-américain, que les actions punitives ont freiné le développement de l’économie nationale en provoquant la chute des recettes en devises de 99 pour cent au cours des dernières années.

L’experte indépendante des Nations Unies a reconnu que l’application de mesures coercitives avait entravé l’accès du Venezuela aux médicaments et à de la nourriture, ce qui avait un impact direct sur la santé de la population.

Elle a en outre indiqué que les politiques d’asphyxie économique avaient accentué le scénario de crise et de tensions internes préexistantes, avec un impact direct sur les migrations et la séparation des familles.

Douhan a évoqué les effets dévastateurs des sanctions sur les droits de l’Homme, en particulier sur la santé, l’alimentation, l’éducation et le développement, ainsi que sur la capacité du Gouvernement à mettre en œuvre des projets sociaux.

‘Je m’inquiète que les sanctions, le blocus économique imposé au Venezuela et le gel des ressources aient exacerbé les calamités économiques existantes (…)’, a-t-elle manifesté.

Puis elle a également souligné les préjudices causés par les actions punitives de Washington au secteur privé vénézuélien, ainsi qu’aux ressortissants de pays tiers dont les droits économiques et de propriété ont été affectés.

peo/msm/Wup

EN CONTINU
notes connexes