mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Biden menace la Russie menacée pour les élections aux États-Unis

Washington, 18 mars (Prensa Latina) Le président des États-Unis, Joe Biden, a menacé son homologue russe, Vladimir Poutine, pour avoir prétendument sapé les élections dans son pays et a promis que Moscou paierait un prix, selon des informations de la chaîne de télévision CNN.

Le sujet est devenu tendance ces derniers jours après que des médias nord-américains aient cité des sources de renseignement qui affirment que le mandataire russe a autorisé des opérations d’influence pour nuire à la candidature de Biden.

Le Bureau du Directeur du renseignement national a publié mardi un rapport déclassifié sur les tentatives présumées d’acteurs étrangers d’influencer et d’interférer dans les élections de 2020.

Selon le portail numérique Axios.com, la communauté du renseignement des États-Unis a constaté que la Russie et l’Iran avaient mené des opérations d’influence visant à affecter le résultat des élections, mais que la Chine ne l’avait pas fait.

Cependant, le rapport n’a trouvé aucune indication que des acteurs étrangers aient tenté d´altérer des aspects techniques du processus de vote, a affirmé Axios en assurant que, contrairement à 2016, les services de renseignement étasuniens n’ont pas observé d’efforts persistants de la Russie pour accéder à l’infrastructure électorale.

De même, le texte déclassifié a évalué que le leader suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, aurait autorisé une ‘campagne d’influence occulte sur plusieurs fronts’ et destinée à nuire aux perspectives électorales de l’ancien président Donald Trump et à saper la confiance dans les élections.

Par ailleurs, le portail numérique The American Conservative (TAC) indique, dans une analyse intitulée ‘La fixation de Washington contre la Russie’, signée par Doug Bandow, chercheur principal de l’Institut Cato et ancien assistant spécial du président Ronald Reagan, que la Guerre froide est de retour.

Bandow soutient que l’establishment de la politique étrangère place la haine de Moscou avant l’intérêt des États-Unis et au profit des faucons de la guerre de Washington.

peo/agp/lb

EN CONTINU
notes connexes