vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La mort du président tchadien suscite des inquiétudes en Afrique

Luanda, 20 avril (Prensa Latina) La mort du président tchadien Idriss Déby a lancé un nouveau signal d’alarme aux dirigeants des pays voisins réunis aujourd´hui dans cette capitale pour la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (Cirgl).

Le décès du mandataire a été confirmé peu avant le début d’un deuxième mini-sommet de la Cirgl pour examiner la situation politique et d’insécurité en République centrafricaine (RCA), ravagée par l’augmentation des manifestations de violence.

Déby, au pouvoir depuis 30 ans, est mort aujourd’hui des suites de ses blessures lors d’une opération militaire contre des rebelles dans le nord de son pays pendant le week-end. Âgé de 68 ans, le militaire de carrière est arrivé au pouvoir en 1990 après un coup d’État et a été réélu le 11 avril dernier pour un nouveau mandat de six ans, avec près de 80 % des voix, selon des résultats partiels.

En raison de l’urgence, la délégation tchadienne a refusé de participer à la réunion de la Cirgl à Luanda, dont les délibérations se déroulent à huis clos.

Le rendez-vous a été convoqué par le chef d’État angolais, João Lourenço, en sa qualité de président tournant du bloc, composé de la République démocratique du Congo (RDC), du Rwanda, du Burundi, de l’Angola, de la RCA, du Soudan, du Soudan du Sud, de la Tanzanie, de l’Ouganda, de la Zambie, du Kenya et de la République du Congo.

La rencontre fera suite aux discussions qui ont eu lieu à Luanda le 28 janvier dernier lors du premier mini-sommet sur la situation politique et de sécurité sur le sol centrafricain.

Fin février dernier, le secrétaire général adjoint aux opérations de paix de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Jean-Pierre Lacroix, a considéré l’existence de ‘progrès notables’ en RCA, mais a alerté du fait que le pays était toujours enclin à la ‘violence et la volatilité’.

Dans son intervention devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, le fonctionnaire a mentionné parmi les sujets de préoccupation l’augmentation des enlèvements et des assassinats de civils, les attaques contre les travailleurs humanitaires, les exécutions extrajudiciaires et les violences sexuelles liées aux conflits.

Le conflit politico-militaire en RCA menace d’autres États de la région en raison du flux transfrontalier de combattants, d’armes et de ressources naturelles.

Par ailleurs, le désarroi règne aujourd’hui à N´Djamena, capitale du Tchad, après l’annonce de la dissolution par l’armée du gouvernement et du parlement, quelques heures après la mort du président Idriss Déby.

Les frontières du pays ont été fermées et un couvre-feu sera désormais en vigueur, a indiqué la partie militaire, selon laquelle des élections démocratiques seront organisées après une période de transition d’une durée indéterminée.

peo/mgt/mjm/ mgt/msl

EN CONTINU
notes connexes