mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

YouTube supprime une vidéo de Bolsonaro sur l’hydroxychloroquine

Brasilia, 21 avril (Prensa Latina) Le site de partage de vidéos YouTube a retiré hier de sa plateforme un audiovisuel dans lequel le président brésilien, Jair Bolsonaro, invite à la consommation d’hydroxychloroquine des patients présentant des symptômes d´infection de la Covid-19.

‘La vidéo a été retirée parce qu’elle viole la politique sur les informations incorrectes de YouTube concernant la Covid-19’, ont expliqué les responsables du domaine au Brésil.

La semaine dernière, la plateforme a annoncé qu’elle exclurait les publications avec ce type de contenu car le médicament n’a pas une efficacité prouvée contre le mal.

En février, le Tribunal fédéral suprême (STF) a engagé des poursuites pénales contre Bolsonaro au Brésil pour avoir ordonné l’utilisation de chloroquine dans le traitement de la Covid-19.

La juge Rosa Weber, du STF, a été chargée d’envoyer la notification au Bureau du Procureur général suite à une demande du Parti démocratique Travailliste (PDT) qui considère comme criminelle la propagande d’une drogue sans validité contre le virus.

Le PDT a accusé Bolsonaro de mettre en danger la population en indiquant que le médicament chloroquine était un traitement suffisant pour contenir les symptômes graves de la maladie qui, à ce jour, a fait plus de 378.000 morts et 14 millions de contagions dans le pays.

Le document de l’organisation politique cite également les délits présumés liés aux caisses fédérales et aux appels d’offres, en raison des achats publics effectués par le Gouvernement pour produire de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine.

Récemment, le médecin français Didier Raoult, l’un des principaux défenseurs de ces comprimés pour faire face à la Covid-19, a changé de position et admis pour la première fois qu’ils ne réduisent pas la mortalité due à la maladie.

Ces informations ont été publiées sur le site Web du Centre national d’information sur les biotechnologies en France et dans le journal Le Figaro.

peo/msm/ocs/cvl

EN CONTINU
notes connexes