samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Syrie rejette la décision adoptée par l’OIAC à son encontre

Damas, 22 avril (Prensa Latina) Le Ministère syrien des Affaires étrangères a aujourd’hui fermement condamné la résolution récemment adoptée à l´encontre du pays lors de la Conférence de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Nous rejetons fermement l’approche agressive de certains pays occidentaux, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, en recourant à toutes sortes de chantage, d’intimidation, de menaces et de pressions pour adopter une décision contre la Syrie, a déclaré le Ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il a estimé que cette mesure constituait un dangereux précédent dans les travaux de l’OIAC, contrevenait à son statut et faisait partie d´un plan hostile à l’encontre d’un État partie à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques.

Seulement 45 pour cent des pays membres de la Convention ont voté pour, ce qui montre que cette décision illégale n’a pas obtenu le soutien de la majorité, a souligné le texte.

Le communiqué a également affirmé qu’il s’agit d’une décision politisée qui s’harmonise avec les agendas des pays hostiles à la Syrie depuis 2011, notamment dans le domaine de l’appui au terrorisme.

Cette résolution repose sur des rapports mensongers et des conclusions fabriquées et déformées, et son approbation envoie un message qui encourage les groupes terroristes à poursuivre leurs crimes, y compris des actes de terrorisme chimique contre des civils innocents, a-t-il souligné.

D’après le communiqué, la Syrie est reconnaissante aux pays qui ont choisi de ne pas voter pour cette résolution et qui ont rejeté toutes les formes de pression et de chantage en raison de leur souci de préserver la paix et la sécurité dans le monde.

L’OIAC a adopté lundi dernier une décision qui prive la Syrie de ses droits et privilèges.

La Syrie a rejeté les rapports de l’OIAC l’accusant d’utiliser des armes chimiques et a assuré que les États-Unis et leurs alliés falsifiaient les faits pour accuser le gouvernement national.

peo/msm/fm

EN CONTINU
notes connexes