jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis et la Colombie tentent de faire passer le Venezuela pour un narco-État

Caracas, 26 avril (Prensa Latina) La vice-présidente pour la Sécurité citoyenne et la Paix, Carmen Meléndez, a dénoncé hier que les États-Unis et la Colombie tentent de créer une matrice d’opinion internationale pour faire du Venezuela un narco-État.

Lors d’un entretien télévisé avec le ministre de la Culture Ernesto Villegas, la fonctionnaire a assuré que la Force armée nationale bolivarienne (FANB) portaient des coups précis contre le trafic de drogue. 

‘À tous les points de contrôle, à toutes les entrées aux frontières, entre autres, il y a une vigilance, nous avons détruit des laboratoires et rendu des avions inopérationnels, personne ne peut dire que nous n’avons pas combattu le trafic de drogue’, a-t-elle souligné.

Meléndez a rappelé qu’après le départ de son pays de l’Administration de contrôle des drogues (DEA pour ses sigles en anglais) des États-Unis, des stupéfiants ont été saisies dans tous les recoins du territoire grâce à la lutte quotidienne contre le trafic.

En ce qui concerne la situation tendue existant dans l’État frontalier d’Apure, elle a souligné que seule la FANB a été déployées dans la zone, mais que si nécessaire les organismes de sécurité citoyenne seront mis à l’ordre du Commandement stratégique opérationnel.

Le Venezuela a enregistré une augmentation de 40 % des saisies de stupéfiants par rapport à la même période de l’année précédente, a récemment signalé le chef de la Surintendance nationale antidrogue, Richard Lopez.

Depuis le début de l´année, les services de sécurité de l’État vénézuélien ont saisi plus de 13 tonnes de drogues provenant de l’ensemble du territoire colombien, a déclaré le surintendant.

Selon les estimations officielles, les cartels colombiens de la drogue tentent d’utiliser le territoire vénézuélien pour mobiliser au moins 8 % de leur production vers les principaux marchés des États-Unis et d’Europe.

Le 18 février dernier, le président Nicolás Maduro a créé par décret exécutif la Surintendance nationale antidrogue afin de renforcer la lutte contre le trafic de stupéfiants.

De même, début mars, l’Assemblée nationale (Parlement) du Venezuela a approuvé à l’unanimité et en première discussion le projet de réforme de la loi organique sur les drogues, face à la nécessité de renforcer la législation existante pour renforcer la lutte contre le narcotrafic.

peo/oda/ycv

EN CONTINU
notes connexes