lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le candidat de gauche condamne la campagne médiatique à son encontre au Pérou

Lima, 4 mai (Prensa Latina) Le candidat présidentiel péruvien Pedro Castillo a condamné hier la campagne médiatique à son encontre et a sévèrement critiqué les médias qui la mènent en faveur de sa rivale néolibérale, Keiko Fujimori.

Quelle émission de télévision vous apporte de la culture, quelle station de radio, quels journaux disent la vérité? Où est la télévision du peuple péruvien? Il n’y en a pas, mais il y a bien une télévision pour m´insulter. Cela doit prendre fin’, a manifesté Castillo.

Il s’est ainsi référé à la campagne monocorde de la plupart des médias qui tous les jours traite Fujimori avec gentillesse et attaque Castillo, met en doute sa pertinence, lance des arguments anticommunistes à son encontre et cherche à effrayer la population pour qu’elle ne le soutienne pas.

Lors d’un discours dans la ville amazonienne de Bagua, Castillo a invité Fujimori à ordonner à ses collègues élus au Congrès de s’engager à réduire leurs salaires élevés de moitié et a rejeté la mise en demeure de la candidate néolibérale de présenter son équipe technique.

‘Elle ne va pas décider de man agenda, je saurai quand je mettrai mon équipe technique au service du pays, avec une représentation authentique du peuple organisé, je ne vais pas avoir une équipe technique recyclée, tachée de sang et remplie de corrompus’, a-t-il déclaré en allusion à l’équipe controversée de Fujimori.

Parmi les techniciens dits fujimoristes figurent des éléments impliqués dans des illégalités dans le cadre du gouvernement de « main dure » du père de la candidate, Alberto Fujimori (1990-2000), emprisonné pour crimes contre l’humanité et corruption avouée.

À cet égard, Castillo a ajouté que le Pérou a besoin de respect, de dignité et de loyauté.

Dans le même temps, plusieurs partis de droite ou leurs chefs ont annoncé leur soutien à la candidature Keiko Fujimori.

Messie Guevara, titulaire du parti centriste Action Populaire, déchiré entre factions de droite et de centre-gauche, a estimé que son organisation politique devait laisser libres ses militants pour qu’ils choisissent selon leur critère, mais certains de ses membres de droite soutiennent ouvertement Fujimori.

Le titulaire du parti Victoria Nacional (VN), Jhon Fernández, a déclaré que son parti soutient la candidate, en défense du modèle néolibéral et de la démocratie et contre le communisme que Castillo est censé représenter.

Cependant, Rennán Espinoza, porte-parole du candidat présidentiel de VN au premier tour, George Forsyth, a précisé au nom de celui-ci sur Twitter que ‘jusqu’à présent aucune position n’a été prise en vue du second tour’, car les propositions des deux candidats seront préalablement analysées.

Castillo est en tête de tous les sondages en vue du scrutin du 6 juin prochain, le dernier avec neuf points d’avance sur Fujimori.

peo/ode/Mrs

EN CONTINU
notes connexes