vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Ajournement du dialogue indirect Liban-Israël

Beyrouth, 5 mai (Prensa Latina) Le cycle de dialogue indirect Liban-Israël prévu aujourd’hui a été reporté en raison du refus de Beyrouth de se conformer aux conditions préalables suggérées par le médiateur nord-américain John Desrocher.

Des sources gouvernementales libanaises ont précisé que sur l’ordre du président Michel Aoun, la mission du pays des cèdres abandonnera les pourparlers si pour les poursuivre elle doit céder à sa demande d’étendre le périmètre d’une zone côtière en litige avec le régime de Tel-Aviv.

Nous n’accepterons le droit international, a manifesté Aoun, que pour garantir les négociations visant à trouver une solution juste et équitable.

Desrocher a demandé l’adhésion de la délégation libanaise à sa demande initiale de traiter d’une zone de 860 kilomètres carrés, que Beyrouth a prolongée jusqu’à 1.430 kilomètres carrés, ce que Tel-Aviv a refusé.

Il s’agit là du motif pour lequel le dialogue qui avait développé quatre cycles jusqu’en décembre 2020, et avait repris ce mardi, a finalement été suspendu.

Les négociations indirectes entre le Liban et Israël ont commencé en octobre dernier pour régler le différend qui retarde l’exploration des hydrocarbures dans une zone estimée riche en gaz.

Les deux pays n’ont pas de relations diplomatiques et sont techniquement en guerre, raison pour laquelle les pourparlers nécessitent la médiation des États-Unis et de l’ONU.

Les deux parties affirment que le territoire maritime contesté appartient à leurs zones économiques exclusives respectives.

Israël extrait déjà du gaz à proximité de la zone de discorde, en quantité suffisante pour sa consommation intérieure et exporte même des excédents vers l’Égypte et la Jordanie, tandis que le Liban en est encore au stade de la prospection

peo/ga/arc

EN CONTINU
notes connexes