samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’opposition et les indépendants gagnent et le parti au pouvoir sombre au Chili

Santiago du Chili, 17 mai (Prensa Latina) Les partis de droite ont été sévèrement battus lors des méga-élections de ce week-end au Chili, dans lesquelles les indépendants et les partis de gauche ont obtenu des victoires retentissantes.

Lors de la très importante élection des Constituants, la droite, qui s’est présentée avec une liste unie, est loin d’avoir remporté un tiers des 155 sièges de la Convention constitutionnelle, comme l’indiquaient les enquêtes préélectorales.

Ce résultat ouvre des possibilités pour que la nouvelle Constitution puisse incarner les changements profonds exigés par des millions de Chiliens dans la rue après le soulèvement social du 18 octobre 2019.

Mais d’autres résultats auxquels les analystes ont été attentifs marquent également des transformations substantielles dans le panorama politique du pays.

En ce sens, la région de Valparaíso, la deuxième plus importante du pays, est devenue un bastion de la gauche, lorsque Rodrigo Mundaca, un leader social de premier plan, a été élu gouverneur avec une large marge.

Outre Mundaca, Jorge Charp, du Frente Amplio (Front uni de la gauche), a été réélu maire de Valparaíso, tandis qu’à Villa del Mar, domaine traditionnel de la droite, cette force a également remporté la mairie avec Makarena Rivamontes.

Dans la capitale, comme prévu, le candidat du Parti communiste à la présidence, Damiel Jadue, a été réélu maire avec plus de 64 % des voix, ce qui, selon les analystes, constitue un soutien solide à ses aspirations présidentielles.

Mais plus notable encore est la défaite du parti au pouvoir dans la Région Métropolitaine, dont il dominait traditionnellement l’intendance, puisque le poste de gouverneur sera disputé au second tour par Claudio Orrego, de la démocratie-chrétienne, et Karina Oliva, de Comunes, soutenue par les communistes et le Frente Amplio.

En outre, les grands gagnants de la soirée à de nombreux postes ont été les candidats indépendants, auxquels les analystes politiques ne donnaient que très peu de chances et qui, au contraire, ont gagné une place non négligeable parmi les constituants, les gouverneurs et les maires du pays.

peo/jcc/mem/rc

 
EN CONTINU
notes connexes