mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une nuit de terreur dénoncée en Colombie en raison de la répression policière

Bogotá, 24 mai (Prensa Latina) Plus de 40 Colombiens ont été blessés après une forte répression exercée par l’escadron mobile anti-émeute (Esmad) dans le Portal de la Resistencia de cette capitale contre des manifestants pacifiques, ont dénoncé dimanche plusieurs sources. 

Au Portal de la Resistencia, plus de 40 jeunes sont rapportés blessés, dont certains enfants, trois jeunes blessés aux yeux (l’un d’eux a perdu un œil). Une autre nuit de terreur en Colombie. « C’est du terrorisme d’État », a dénoncé le parti Comunes.

Il a également dénoncé le fait que l’Esmad a réprimé les défenseurs des droits de l’Homme et empêché l’arrivée des ambulances pour prendre en charge les blessés.

La violence policière contre les manifestants pacifiques, comme chaque nuit, était impressionnante, malgré la tentative de négociations entre le Comité national de la mobilisation et le gouvernement pour résoudre la crise.

L’administration d’Iván Duque assure traiter la mobilisation sociale avec un « esprit démocratique », mais les faits montrent le contraire.

Dans d’autres villes du pays, comme à Cali, la police nationale colombienne et son bras d’élite se sont déchaînés contre la population civile qui ne cesse de protester contre le gouvernement de Duque.

Cali et Portal de la Resistencia ont été des laboratoires du terrorisme d’État depuis plus de 20 jours. À cette heure, ils répriment violemment dans différents endroits du pays, a dénoncé Comunes.

La crise en Colombie continue et le gouvernement Duque insiste sur l’utilisation de la force publique au lieu de trouver une solution négociée aux troubles sociaux qui ont commencé le 28 avril contre une proposition impopulaire de réforme fiscale.

Démission de quatre ministres et du haut-commissaire pour la paix, projets de loi retirés ou mis en attente, retrait de la qualité de pays hôte de la Copa America, débat à venir sur une motion de censure contre le ministre de la Défense, tels sont les résultats de près d’un mois de mobilisation en Colombie mais la solution au conflits n’est toujours pas entrevue.

peo/jcc/mem/otf/cvl

EN CONTINU
notes connexes