vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie salue la victoire électorale en Syrie et condamne les politiques occidentales

Moscou, 28 mai (Prensa Latina) Le ministère russe des Affaires étrangères a salué vendredi la réélection du président syrien Bachar al-Assad, avec 95,1 % des voix, et critiqué la décision de l’Occident de ne pas reconnaitre les résultats du scrutin. 

Le communiqué du Ministère russe des Affaires étrangères souligne que la « victoire convaincante du chef d’État sortant est un pas important vers le renforcement de la stabilité » dans le pays.

Il a précisé que la priorité pour tous les Syriens était d’assurer le fonctionnement normal des institutions de l’État sur la base de la loi, notamment dans les conditions de la lutte armée contre les terroristes.

Le ministère russe a rappelé que des observateurs de plusieurs pays, dont une délégation de législateurs russes, se sont rendus en Syrie pour surveiller le processus électoral.

Il a considéré comme un « élément de pression politique grave contre Damas, ainsi qu’une nouvelle tentative d’ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie », les déclarations de certaines capitales occidentales sur l’illégitimité des élections, et ce avant même leur tenue.

« Personne n’a le droit de dicter aux Syriens quand et comment ils doivent élire leur chef d’État », indique le document.

Moscou a assuré qu’elle continuerait à poursuivre « sa ligne ferme de soutien à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la Syrie, ainsi qu’à lui fournir toute son assistance pour la restauration des infrastructures sociales et économiques détruites ».

Le 26 mai, alors que le scrutin en Syrie n’était pas encore terminé, les puissances occidentales du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont vivement critiqué les élections et le gouvernement constitutionnel de la nation arabe.

Lors de la réunion, seule la Russie a défendu la validité et l’importance des élections, face aux critiques des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France, qui considèrent les élections comme une manœuvre du leader syrien ne contribuant pas à résoudre le conflit dans le pays.

peo/jcc/mem/mml

EN CONTINU
notes connexes