vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Rejet mondial du blocus des États-Unis contre Cuba

La Havane, 31 mai (Prensa Latina) Le blocus imposé par les États-Unis à Cuba depuis six décennies, jusqu’ à ce jour maintenu de manière inflexible par l’administration de Joe Biden, suscite la répudiation croissante de l’opinion publique internationale. 

Les mobilisations ayant eu lieu ce week-end dans plus de 70 villes du monde traduisent le refus d’une politique échouant à briser la volonté de souveraineté du pays, mais qui provoque pourtant des dommages considérables au pays insulaire et à sa population.

“Alors que le monde exige de construire des ponts d’amour au milieu de la pandémie, le gouvernement nord-américain maintient intactes les mesures de (Donald) Trump qui nuisent au peuple cubain. La lutte face à la Covid-19 est universelle, aussi bien que la revendication contre le blocus », a écrit la veille sur Twitter le ministre des Affaires étrangères de l’île Bruno Rodriguez.

Cette demande mondiale s’est manifestée ce week-end dans plusieurs pays d’Amérique latine et dans quelque 25 villes des États-Unis où l’appel à la troisième Caravane Puentes de Amor (Ponts d’amour) a reçu un écho important.

Dans ce pays, les participants ont d’ailleurs exigé au président Joe Biden la reprise du plan de regroupement familial suspendu par son prédécesseur en 2017 et la réouverture des services consulaires de l’ambassade à La Havane, entre autres demandes.

Mais des manifestations ont également été enregistrées au Canada, en Italie, en Espagne, en Allemagne et en Afrique du Sud dans le cadre des journée mondiales de solidarité se tenant jusqu’au 23 juin, date à laquelle Cuba présentera aux Nations Unies le rapport sur l’impact du siège étasunien.

Des rassemblements, marches, défilés de véhicules, entre autres manifestations de rejet ont également eu lieu au Royaume-Uni, en Irlande, Nouvelle-Zélande, Éthiopie, au Niger, Liberia, en Slovaquie, Tunisie, Australie, Finlande et Namibie.

Selon un communiqué du président Miguel Díaz-Canel, « la patrie, reconnaissante, rejoint la clameur de rejet par des caravanes à Ciego de Avila (centre de l’île), une régate à Cienfuegos et un ciel plein de colombes à La Havane ».

peo/jcc/jf/evm

EN CONTINU
notes connexes