mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Rejet du blocus contre Cuba par le Parlement russe

Par Mario Muñoz Lozano

Moscou, 2 Juin  (Prensa Latina) La déclaration contre le blocus nord-américain imposé à Cuba, approuvée aujourd’hui par le Conseil de la Fédération russe (Sénat), fait partie du respect et de l’attitude amicale envers l’île, a déclaré Lena Loshkina. 

S’adressant à Prensa Latina, la chef du Comité russe pour l’élimination du blocus contre Cuba a souligné que ces sentiments avaient animé l’ensemble de la société depuis l’existence de l’ancienne Union soviétique.

Loshkina a précisé que le Comité n’avait pas besoin de demander aux députés de la Douma d’État, ou bien au gouvernement, de soutenir la résolution de l’ONU contre cette politique.

Elle a rappelé qu’en 2003, le parlement du pays a été le premier au monde à demander au Congrès des États-Unis de libérer cinq Cubains injustement emprisonnés pour avoir combattu le terrorisme.

L’activiste a noté qu’une déclaration similaire avait été formalisée en 2007 sous la forme d’une résolution de la chambre basse envoyée au Congrès nord-américain. « Je tiens à souligner que dans les deux cas, les parlementaires russes ont voté à l’unanimité », a-t-elle signalé.

Elle a par ailleurs souligné que son pays « a toujours voté contre le blocus de l’île à l’Assemblée générale des Nations Unie ». « La Russie ne se contente pas de voter, mais soutient ce pays, et fait ce que peu osent faire : du commerce avec Cuba », a-t-elle ajouté.

La Chambre haute a approuvé ce mercredi une déclaration condamnant fermement la politique des États-Unis à l’égard de l’île et appelant à la solidarité internationale en faveur du pays des Caraïbes.

Elle a averti que de telles sanctions unilatérales ne respectaient pas les principes et les normes généralement reconnus du droit international, notamment les principes d’égalité souveraine des États et de non-ingérence dans leurs affaires intérieures, consacrés par la Charte des Nations Unies.

Les sénateurs ont insisté sur le fait que dans les conditions actuelles, alors que le monde entier est confronté à la pandémie de Covid-19, pareilles restrictions allaient à l’encontre des efforts de la communauté mondiale. « Cette politique au détriment de la nation antillaise contredit l’appel des Nations Unies à la levée des sanctions imposées à d’autres pays en pleine pandémie », ont-ils ajouté.

Le Conseil de la Fédération de Russie a attiré l’attention sur le fait que 28 résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la nécessité de mettre fin au blocus étasunien contre Cuba ont été adoptées par une écrasante majorité des États membres de l’organisation multilatérale.

peo/jcc/mgt/mml

EN CONTINU
notes connexes