lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La forêt péruvienne a été peuplée sans altération pendant 5 000 ans

Washington, 16 juin  (Prensa Latina) Les populations indigènes d’une zone de la jungle du Putumayo, au Pérou, ont coexisté de manière durable pendant 5 000 ans sans altérer la nature, révèle une étude sur l’action de l’homme dans les forêts tropicales. 

Nigel Pitman, écologiste au Museum Campus de Chicago (États-Unis) et co-auteur de la nouvelle étude publiée dans Actes de l’Académie nationale des sciences (PNAS, pour ses sigles en anglais), a souligné la conservation de ces écosystèmes et l’absence de différences entre un écosystème vieux de 2 000 ans et un autre vieux de 200 ans.

De plus en plus de recherches montrent que de nombreuses forêts amazoniennes, que nous considérons comme sauvages, n’ont en réalité que 500 ans, car c’est à ce moment-là que les populations qui y vivaient sont mortes des pandémies apportées par les Européens, et que la forêt a repoussé », a déclaré Pitman.

Dolores Piperno, chercheuse à l’Institut de recherche tropicale Smithsonian au Panama et premier auteur de l’étude, a confirmé que l’impact le plus important de l’Homme se fait sentir sur les sols riches en nutriments situés près des rivières, mais de manière durable, sans causer de perte d’espèces ou d’altérations détectables depuis des millénaires.

De nombreuses plantes absorbent la silice du sol pour produire des particules minérales microscopiques (phytolithes) qui fournissent un support structurel. Une fois mortes, ces biominéraux d’origine végétale restent longtemps et permettent d’identifier les espèces qui y vivaient, selon le rapport.

L’étude a en outre révélé que les types d’arbres actuellement présents dans cette région péruvienne se sont développés au cours des 5 000 dernières années, ce qui indique que, contrairement à d’autres parties de l’Amazonie, le Putumayo n’abritait pas de villes et de terres agricoles avant la colonisation européenne.

De plus, les faibles niveaux de charbon de bois dans le sol montrent l’absence de perturbation d’origine humaine.

peo/jcc/mgt/nmr/gdc

EN CONTINU
notes connexes