mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis étendent le programme migratoire pour les enfants d’Amérique centrale

Washington, 16 juin (Prensa Latina) Le gouvernement des États-Unis a présenté mardi l’extension d’un plan migratoire qui permet aux mineurs du Honduras, du Salvador et du Guatemala de rejoindre leurs parents sur le territoire nord-américain. 

La deuxième phase du programme dit des mineurs d’Amérique centrale (MCA), créé en 2014, permet aux enfants de ces pays du Triangle Nord de demander l’entrée aux États-Unis s’ils ont un tuteur ayant une résidence légale sur le territoire nord-américain.

L’ancien président Donald Trump a mis fin à ce projet en 2017 au motif qu’il s’agissait d’une voie d’immigration créée sans l’approbation du Congrès ; toutefois, l’actuel président Joe Biden l’a relancé le 10 mars face à l’arrivée ininterrompue de mineurs non accompagnés à la frontière sud.

La porte-parole du Département d’État, Jalina Porter, a annoncé à la presse locale que le gouvernement a jusqu’à présent identifié quelque 3 000 cas de parents attendant leurs enfants et a étendu le programme.

Parallèlement, deux étasuniens sur cinq désapprouvent la réponse de l’administration actuelle à l’arrivée d’enfants migrants non accompagnés à la frontière sud des États-Unis, selon un sondage publié en avril dernier.

De mars 2020 à mars 2021, les administrations Trump et Biden ont illégitimement renvoyé plus d’un demi-million d’immigrants et de demandeurs d’asile, dont 13 000 mineurs non accompagnés qui ont été expulsés par l’administration de l’ancien président républicain.

Avec la décision d’étendre le MCA, le Département d’État et le Département de la Sécurité nationale ont annoncé mardi dans un communiqué commun qu’ils cherchaient à remplir la promesse de promouvoir une migration sûre, ordonnée et humaine en provenance d’Amérique centrale.

Par contre,  il existe encore des politiques qui s’écartent de ce précepte concernant d’autres pays, à l’instar de Cuba, avec qui Washington ne respecte pas les accords sur la migration en y maintenant des services consulaires fermés.

peo/jcc/msm/avr

EN CONTINU
notes connexes