lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Tribunal Suprême du Brésil a confirmé la partialité de Moro contre Lula

Brasilia, 24 juin (Prensa Latina) Le Tribunal Fédéral Suprême (STF) du Brésil a confirmé hier par sept voix contre quatre que l’ancien juge Sergio Moro avait agi avec partialité en condamnant l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva dans l’affaire du triplex de Guarujá. 

Ainsi, le STF a reconnu la compétence de sa deuxième chambre et a maintenu la décision sur l’arbitraire de celui qui était devenu ministre de la Justice sous le gouvernement de Bolsonaro à la suite de cette affaire.

L’affaire Guarujá doit maintenant être reprise à zéro par les enquêteurs et les éléments de preuve recueillis seront annulés et ne pourront pas être utilisés dans un éventuel nouveau procès par le tribunal de district fédéral auquel l’affaire a été renvoyée.

En mars dernier, pour se prononcer sur une requête déposée par la défense de Lula, la deuxième chambre, par trois voix contre deux, a considéré que l’ancien juge était soupçonné d’injustice dans le jugement du dossier.

Moro avait condamné le fondateur du Parti des travailleurs en juillet 2017. L’ancien président était accusé de la possession d’un appartement triplex dans la zone côtière de Guarujá, dans l’État de Sao Paulo, prétendument reçu en échange de bénéfices accordés à l’entreprise OAS.

Dès le début du procès, y compris en première instance, Lula avait affirmé son innocence.

Les avocats de l’ancien mandataires ont réitéré que, depuis la première manifestation écrite en 2016, Moro a utilisé la fonction de juge pour pratiquer le lawfare (guerre juridique) et ‘promouvoir une véritable croisade contre l’ancien président Lula’.

Le 8 mars dernier, le juge Edson Fachin, du STF, a annulé, dans une décision individuelle, les condamnations contre l’ancien dirigeant ouvrier par le Tribunal fédéral de l’État du Paraná concernant des enquêtes sur l’opération Lava Jato, qui a été désactivée par les autorités.

Par cette détermination, Lula a recouvré ses droits politiques et la possibilité de se présenter aux élections de l’année prochaine.

peo/msm/ocs

EN CONTINU
notes connexes