vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela exige du Cap-Vert des garanties pour l’ambassadeur Alex Saab

Caracas, 24 juin (Prensa Latina) Le Venezuela a exigé hier du Cap-Vert qu’il s’acquitte de ses obligations de garantir la vie, l’intégrité physique et la régularité de la procédure de l’ambassadeur Alex Saab, détenu illégalement dans ce pays depuis juin 2020.

Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, le gouvernement bolivarien a de nouveau mis en garde contre les tentatives des États-Unis de séquestrer le diplomate, appelant les autorités cap-verdiennes à veiller à la sécurité du citoyen vénézuélien sous leur garde.

De même, le Venezuela a demandé au Cap-Vert de se conformer à la décision prise le 8 juin dernier par le Comité des droits de l’Homme de l’ONU, dans laquelle il demande de garantir les droits de l’Homme de l’ambassadeur Saab, y compris la suspension de son extradition vers le territoire des États-Unis.

L’État vénézuélien a en outre rappelé la décision rendue le 15 mars dernier par le Tribunal de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, qui a qualifié d’arbitraire la détention du fonctionnaire et exigé sa libération immédiate.

Le Venezuela a exprimé l’espoir que, malgré l’énorme pression politique, la Cour constitutionnelle du Cap-Vert restera ferme et rendra justice à l’ambassadeur Alex Saab, en tant que garante des droits de l’Homme et du droit international.

Le gouvernement vénézuélien a accrédité Saab en 2018 en tant qu’envoyé spécial de la nation sud-américaine, dont les fonctions consistaient à faciliter l’obtention de fournitures médicales, de nourriture et d’autres biens, face aux obstacles imposés par le blocus des États-Unis.

À la mi-2020, le fonctionnaire a été arrêté au Cap-Vert à la demande de Washington lors d’une escale technique de l’avion qui le transportait, et ce au mépris de l’inviolabilité de l’immunité correspondant à son investiture d’agent diplomatique.

D’après les allégations du pouvoir exécutif bolivarien, cette arrestation a répondu à la campagne de siège orchestrée par l’administration nord-américaine précédente contre le Venezuela, dans le but d’infliger de nouvelles souffrances au peuple et de déstabiliser ses institutions et son ordre interne.

peo/msm/Wup

EN CONTINU
notes connexes