jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba attribue l’extrême pauvreté à l’ordre mondial dominant

Genève, 1er juillet (Prensa Latina) Le représentant permanent de Cuba à l’ONU-Genève, Juan Antonio Quintanilla, a affirmé hier au Conseil des droits de l’Homme que l’extrême pauvreté et les inégalités mondiales sont la conséquence de l’ordre international imposé par les puissants. 

Intervenant dans un dialogue interactif avec le rapporteur spécial des Nations Unies sur la pauvreté, Olivier De Schutter, l’ambassadeur de l’île a souligné que les causes du fléau sont antérieures à la pandémie de Covid-19 et répondent à l’ordre et au non-respect répétés par plusieurs puissances de leurs engagements en matière d’aide au développement.

Dans la suite des débats de la 47e session du Conseil, Quintanilla a remercié le rapport présenté par De Schutter et a qualifié d’alarmants certains des chiffres que le document reflète, en particulier ceux concernant le recul dans la lutte contre l’extrême pauvreté à partir de la crise générée par la Covid-19.

Au cours du forum, des gouvernements ont déploré que quelque 700 millions d’êtres humains vivent dans la misère et que la pandémie puisse y mener plus de 100 millions supplémentaires.

Pour Cuba, par la voix de son représentant au Conseil des droits de l’Homme, les réponses à un tel défi passent par la volonté politique des pays riches et par un véritable esprit de solidarité internationale.

Sans cela, il sera impossible de progresser dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, avec ou sans pandémie, a averti Quintanilla.

peo/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes