lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Critiques d’une décision sur le droit de vote aux États-Unis

Washington, 5 juillet (Prensa Latina) De nombreux médias estiment aujourd’hui qu’une récente décision de la Cour suprême de justice des États-Unis a érodé le droit de vote dans ce pays.

Un commentaire du journal The Hill, signé par John William, analyste politique de Fox News Channel, a assuré que le vote de la Cour suprême de jeudi dernier ouvre la porte à la possibilité que les législatures étatiques contrôlées par les républicains soient plus agressives en empêchant la participation des électeurs minoritaires.

En un mot, c’est stupide, a conclu l’expert en rappelant les paroles de l’ancienne juge Ruth Bader Ginsburg, qui avait averti en 2013 des dérives à venir, lorsque la Cour suprême avait réduit à néant les dispositions les plus dures de la loi de 1965 sur le droit de vote.

Au cours de l’année dernière, la Géorgie et la Floride, États dotés de gouverneurs et d’assemblées législatives républicaines, ont adopté des lois entravent l’accès facile au vote.

Dans 14 États, les républicains se sont mis d’accord sur des règles limitant la participation électorale, selon le Brennan Centre for Justice de l’Université de New York.

Certains groupes de la population qui ont tendance à favoriser les démocrates, tels que les noirs, les latinos et les électeurs d’âge universitaire, peuvent être affectés négativement par nombre de ces lois, ce qui est réaffirmé dans la récente décision.

Le mois dernier, affirme William, les républicains du Sénat se sont opposés à l’unanimité à un projet de loi pour protéger le droit de vote dans tout le pays.

La semaine dernière, la majorité conservatrice de la plus haute instance judiciaire, six républicains, ont rejeté une contestation des lois de l’Arizona qui ont été accusées par une cour inférieure de limiter injustement le droit de vote des électeurs noirs et hispaniques.

Le droit de vote a pris une tournure partisane dans le pays lorsque les républicains ont favorisé des règles limitant la participation de certains groupes d’électeurs qui ne les soutiendraient probablement pas, assurent des analyses sur le sujet.

Lorsque le président Donald Trump a perdu face au démocrate Joe Biden, il a lancé des théories de conspiration absurdes sur la prétendue fraude électorale généralisée qui lui aurait coûté l’élection, a précisé William.

Le ‘Grand Mensonge’ a fourni aux politiciens du Parti Républicain une couverture pour faire approuver plus de projets de loi entravant les droits des électeurs, a-t-il souligné.

peo/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes