mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Atteintes à la santé d’un diplomate vénézuélien au Cap-Vert

Caracas, 7 juillet (Prensa Latina) L’équipe de défense du diplomate vénézuélien Alex Saab a dénoncé que les autorités du Cap-Vert ont empêché une visite du médecin qui le soigne, mettant ainsi sa vie en danger.

Selon une note publiée par ses avocats, l’envoyé spécial du pays sud-américain détenu illégalement dans ce pays africain a des problèmes de santé et la police n’a pas permis au personnel médical de l’observer, bien que les protocoles établis aient été respectés.

Le 21 janvier dernier, la Cour d’appel de Barlovento a établi le droit de Saab à recevoir des soins médicaux. Les autorités cap-verdiennes ont donc fait preuve, par ce refus, d’un manque de respect à l’égard de leurs propres tribunaux, obéissant aux pressions des États-Unis pour le maintenir séquestré, a averti la défense.

« Il s’agit d’une nouvelle démonstration de l’acharnement à l’encontre d’Alex Saab, qui est détenu depuis 390 jours sans recevoir d’assistance. Par ce biais, le Cap-Vert s’acharne à ne pas respecter ses propres lois et les traités internationaux qui prévoient l’immunité du diplomate vénézuélien qui doit être libéré », indique le communiqué.

En mars dernier, la Cour de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est prononcée en faveur du diplomate en ordonnant sa libération immédiate. Plus récemment, le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies a demandé l’adoption de mesures visant à offrir à Saab l’accès aux soins médicaux nécessaires, et de préférence de la part de médecins indépendants et spécialistes.

peo/jcc/msm/ycv

EN CONTINU
notes connexes