vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Amnistie Internationale a publié un faux rapport sur le conflit en Éthiopie

Addis-Abeba, 19 juillet (Prensa Latina) Amnistie Internationale a sorti de son contexte une photographie et l’a utilisée dans un rapport qui présente de manière erronée le conflit entre le gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), a assuré hier une source journalistique. 

Selon l’agence de presse d’État ENA, l’organisation a publié une photo des élections générales de juin dernier dans un communiqué de presse concernant la détention présumée de citoyens de l’État du Tigré.

Elle a utilisé une image de manière trompeuse pour soutenir son récent rapport fabriqué de toutes pièces, dans lequel elle accusait le gouvernement, et notamment la police d’Addis-Abeba, d’avoir arrêté arbitrairement des dizaines de personnes de l’ethnie tigréenne, a dénoncé un éditorialiste.

La photo a été prise par le photographe de l’AFP Amanuel Sileshi, selon lequel l’image montre des agents de sécurité réalisant des contrôles, à six heures du matin, avant que les électeurs n’entrent dans le bureau de vote de la capitale appelé Abuware.

Cependant, a affirmé l’agence de presse d’État, l’organisation l’a délibérément utilisée dans le but de ternir l’image de l’Éthiopie et  de saper les efforts du gouvernement destinés à protéger la population de cet État régional.

L’AFP n’a rien fait de mal. Comme elle a été utilisée, elle trompe le public. Et cela afin de manipuler le contexte, un crime grave car il peut entraîner les gens dans des disputes, a déclaré Sileshi, selon l’ENA.

L’agence a demandé à Amnistie Internationale de retirer l’image de ses plateformes, mais aucune réponse n’a jusqu’à l’heure été fournie. Si aucune mesure n’est prise, l’AFP sera obligée d’engager une action en justice, a annoncé Sileshi.

Depuis novembre 2020, les autorités fédérales sont engagées dans une confrontation armée avec le TPLF, une organisation politique déclarée groupe terroriste par le Parlement et prétendument responsable de nombreuses violations des droits de l’Homme.

peo/jcc/ga/raj

EN CONTINU
notes connexes