mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Biden prié de laisser les cubains vivre

Washington, 30 juillet (Prensa Latina) Plusieurs organisations ont exhorté aujourd’hui le président des Etats-Unis Joe Biden à respecter le droit des cubains à la vie avant tout autre intérêt et à suspendre les règlements qui empêchent l’envoi d’aide sur l’île.

Une lettre adressée au président par le Bureau de Washington sur l’Amérique latine (WOLA, en anglais) signée par plus d’une douzaine d’organisations, constate qu’en cette période de grave danger mondial, la politique à l’égard de Cuba devait être régie par un principe primordial, indépendamment des considérations politiques.

« Nous devons faire tout ce qui est possible pour assurer la santé et le bien-être du peuple cubain en supprimant tous les obstacles à l’acheminement de l’aide médicale et alimentaire vitale, notamment ceux contenus dans les lois de blocus auxquelles Cuba a été confrontée depuis plus de 60 ans ».

Comme l’ont montré des reportages et des études, Cuba est à l’heure actuelle confronté à des pénuries de médicaments de base, de seringues de vaccination, de nourriture et d’autres matériaux vitaux dans sa lutte anti- Covid-19, indique la lettre.

« Ces pénuries causent des souffrances et des décès inutiles ; les sanctions nord-américaines contribuent à l’aggravation de la situation humanitaire sur l’île… »

Les signataires de la lettre ont demandé la levée de toutes les restrictions et de tous les plafonds imposés aux envois de fonds des familles et aux dons destinés à aider les Cubains à acheter de la nourriture et des médicaments sur l’île.

« Supprimer l’exigence de licences spécifiques pour l’envoi de fournitures médicales à Cuba et la « vérification de l’utilisation finale » pour les importations humanitaires, qui alourdissent considérablement la bureaucratie liée à l’envoi d’aide depuis les États-Unis et découragent tant les donateurs que les vendeurs », ont-ils ajouté.

En plus,  « levez  toutes les restrictions sur les transactions bancaires et financières liées à l’aide humanitaire, ainsi que sur les matériaux de fabrication étasunienne utilisés dans les fournitures médicales produites à l’étranger ».

« Soixante ans d’embargo n’ont pas décapité le gouvernement, mais étranglent son peuple dans le cadre d’un processus marqué par « la cruauté et le mépris à l’égard du peuple cubain » et dont le fil conducteur remonte à la trahison par Washington des ressortissants de l’île dans leur guerre d’indépendance », a souligné original.antiwar.com.

jcc/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes