jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Condamnation d’une corruption médiatique en faveur de la guerre aux États-Unis

Washington, 11 août (Prensa Latina) Des journalistes de divers médias des États-Unis travaillent dans un groupe en faveur de la guerre financé par le Pentagone, a dénoncé aujourd’hui le site Internet The Grayzone. 

Il a précisé le site que le Center For A New American Security (CNAS) a ouvert ses portes aux plus importants correspondants de sécurité nationale, tout en recevant des fonds de l’industrie de l’armement, du Pentagone et du Département d’État.

Imaginez un pays où il n’y a pas de séparation entre le gouvernement, l’armée et les médias. Beaucoup de nord-américains penseraient à la Chine, à la Russie ou à la Corée du Nord, mais c’est une description parfaite des États-Unis d’aujourd’hui, estime la publication.

Le CNAS, considéré comme le principal think-tank de politique étrangère du Parti Démocrate, est financé par le Département d’État et le Pentagone et a reçu ces dernières années plus d’argent des entreprises d’armement que n’importe quel autre think-tank de Washington.

Ce groupe reçoit également des fonds de compagnies pétrolières, de grandes banques et de gouvernements de droite, essentiellement les forces les plus destructrices de la planète, a souligné The Grayzone.

Au moins 16 anciens membres du CNAS occupent maintenant des postes clés au Pentagone et au Département d’État de l’administration Biden.

Le média a précisé que pendant plus de vingt ans, le correspondant du New York Times à Washington, David Sanger, a impitoyablement diffusé des mensonges pour induire le public en erreur afin d’obtenir un soutien aux agressions et guerres des États-Unis.

Des messages tels que les armes de destruction massive en Irak, les mensonges sur la tentative de l’Iran de créer des armes nucléaires et les affirmations sans preuves des agences de renseignement sur les cyberattaques russes, ont fait partie des violations évidentes de l’éthique journalistique la plus élémentaire, a signalé la publication numérique.

The Grayzone a souligné que certains journalistes étaient complices de la diffusion excessive des allégations concernant la fuite présumée du virus SARS-CoV-2 du laboratoire de Wuhan, en Chine, ce qui ‘justifie non seulement l’agression et la guerre, mais contribue également à générer des profits énormes pour ceux qui financent le CNAS’.

La publication a noté que plusieurs journalistes du New York Times, du Washington Post et de Foreign Policy travaillent au CNAS et que la plupart du temps ils manquent de preuves pour étayer leurs messages.

Malgré quelques dénonciations de ces actions comme celle de la revue The Nation il y a plus d’une décennie, le mariage entre les médias et l’appareil de renseignement militaire n’a fait qu’augmenter, a souligné The Grayzone.

Comme conséquence directe, a souligné le média, la politique nord-américaine a viré à droite, les agences d’espionnage ont gagné un pouvoir sans précédent et la nouvelle guerre froide a été accélérée.

peo/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes