lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement bolivien a assuré que Jeanine Áñez est en bonne santé

La Paz, 23 août (Prensa Latina) Le ministre bolivien de Gouvernement, Eduardo del Castillo, a assuré aujourd’hui que l’ex-présidente de facto Jeanine Áñez était en bonne santé après avoir tenté de se couper au niveau des poignets samedi dernier. 

Une amélioration considérable est notable, et pour assurer sa stabilité émotionnelle il est maintenant permis à l’un de ses enfants de passer la nuit avec elle en prison, a ajouté le ministre lors d’un échange avec la presse locale.

À cet égard, Del Castillo a exhorté à cesser d’utiliser à des fins politiques l’état de santé des personnes privées de liberté et a rappelé que l’ex-mandataire reçoit les visites de sa famille et de médecins privés.

La veille, la représentation du système des Nations Unies en Bolivie (ONU-Bolivie) s’est rendue au Centre pénitentiaire pour femmes de Miraflores afin de rencontrer Áñez et a confirmé que la détenue recevait des soins médicaux suite à des lésions corporelles auto-infligées.

Par ailleurs, Mme Áñez a déclaré se sentir physiquement affaiblie et profondément affectée émotionnellement, a indiqué l’ONU-Bolivie dans un communiqué.

Le directeur général du Régime Pénitentiaire, Juan Carlos Limpias, a pour sa part exclu ce lundi que la santé de l’ex-présidente soit en danger comme le contestent certains représentants de l’opposition.

« Nous refusons totalement qu’on parle de l’administration pénitentiaire en alléguant que nous violerions ses droits ou que nous endommagerions son état (de santé), au contraire, et nous l’avons démontré par des faits », a-t-il indiqué dans une interview au groupe de télévision Uno.

Il a réaffirmé que l’état de santé d’Áñez est tout à fait stable, constamment évalué par des médecins qui sont disponibles 24 heures sur 24 pour s’occuper d’elle, que tous ses droits sont respectés et qu’elle est y compris accompagnée de ses proches pour l’aider à se rétablir.

J’ai été heureux de parler à son fils, de l’entendre lors d’une interview où il affirmait qu’Áñez est bien soignée et je pense que c’est la vérité, a-t-il assuré.

La justice bolivienne a arrêté Áñez à titre préventif en mars 2021, à La Paz, pour avoir prétendument commis des crimes de sédition, de conspiration et de terrorisme fin 2019.

Un rapport présenté dans le pays la semaine dernière par un groupe d’experts indépendants a conclu, entre autres, qu’après le coup d’État de même année, à la suite des élections présidentielles, des violations des droits de l’Homme, des massacres et, surtout, des exécutions extrajudiciaires ont eu lieu dans cette nation sud-américaine.

peo/rgh/znc

EN CONTINU
notes connexes