mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Venezuela appelle à cesser d’utiliser l’excuse du blocus économique

Caracas, 25 août (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a appelé aujourd’hui les autorités à renoncer à l’excuse du blocus économique des États-Unis pour justifier des défaillances dans la gestion gouvernementale. 

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le chef de l’État a souligné l’importance d’assurer le bien-être de la population, malgré les effets des mesures coercitives unilatérales mises en œuvre par Washington contre la nation sud-américaine.

‘Ministres, gouverneurs et maires, je vous le répète, le blocus ne doit pas être une excuse pour ne pas garantir la prise en charge intégrale du peuple, bien au contraire, c’est la cause de la lutte destinée à surmonter les attaques criminelles pour atteindre le plus  de stabilité et de bonheur possible’, a souligné le mandataire.

Lors de la récente prestation de serment des nouveaux membres de son cabinet, Maduro a appelé à gouverner à partir de la recherche de réponses et de solutions à tous les problèmes sociaux et à connaître les problématiques avant qu’ils n’apparaissent.

‘La Révolution bolivarienne doit être permanente et de renouvellement constant des dirigeants, des méthodes de travail, des politiques’, a indiqué le président du Venezuela.

Cette semaine, le Gouvernement vénézuélien a présenté à la Cour pénale internationale un nouveau rapport sur les effets des mesures coercitives unilatérales prises par les États-Unis contre le pays.

À cet égard, la vice-présidente Delcy Rodriguez a dénoncé, lors d’une conférence de presse, le caractère criminel des dénommées sanctions, qualifiées de crimes contre l’humanité en tant qu’attaques systématiques contre la population civile.

Elle a souligné que les attaques des États-Unis contre la nation sud-américaine n’ont qu’un seul objectif politique, celui de vaincre un gouvernement non aligné sur ses intérêts et ses mandats.

En raison de l’application successive de mesures coercitives par Washington au cours des dernières années, le Venezuela a notamment subi le blocus de son industrie pétrolière, ce qui a provoqué la chute drastique des recettes en devises du pays, a rappelé la vice-présidente exécutive.

Les sanctions ont également conduit à la saisie de 31 tonnes d’or vénézuélien déposées à la Banque d’Angleterre et le gel de sept milliards de dollars à l’étranger, a-t-elle ajouté.

De même, les mesures punitives mises en œuvre par les États-Unis dans le cadre de leur stratégie de changement de régime au Venezuela ont inclus des restrictions à 150 entreprises (10 d’État et 140 du secteur privé), 69 navires, 30 pétroliers et 58 avions, a-t-elle précisé.

peo/mem/Wup

EN CONTINU
notes connexes