mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La situation en Afghanistan qualifiée de désastre politique pour Biden

Washington, 28 août (Prensa Latina) Des médias nord-américains qualifient aujourd’hui de désastre politique pour le président Joe Biden les événements de ce jeudi à l’aéroport international de Kaboul, en Afghanistan. 

Le quotidien The Hill, en évoquant le bilan des attentats qui ont eu lieu au sein du terminal aérien et ses alentours, a été catégorique en affirmant que ‘l’horreur à Kaboul est un désastre politique pour Biden’.

Le président a promis que les États-Unis ne souffriraient pas un ‘moment Saigon’ en se retirant d’Afghanistan mais la réalité s’est avérée encore plus sombre, a insisté la publication.

Les attentats commis jeudi autour de l’aéroport de Kaboul sont une tragédie humaine mais également une catastrophe politique pour le mandataire, ont commenté les principales chaînes de télévision et des médias de presse comme The New York Times et The Washington Post.

L’action attribuée à l’État islamique, qui a revendiqué la responsabilité des attentats, a incité les républicains à redoubler leurs critiques contre le président démocrate, certains demandant même sa démission.

Le peuple nord-américain a largement approuvé la décision de mettre fin à la guerre en Afghanistan, qui a duré près de 20 ans et qui est la plus longue de l’histoire du pays, précise The Hill.

Bien que le retrait du territoire afghan ait été convenu par le gouvernement de Donald Trump, rien de cela n’exonère Biden de la responsabilité d’un retrait qui est, à tout point de vue raisonnable, une débâcle, a assuré Niall Stanage, un analyste de The Hill.

Les événements de ces dernières semaines resteront gravés dans la mémoire publique à travers une série d’images épouvantables d’Afghans désespérés accrochés à un avion militaire des États-Unis lancé sur une piste de l’aéroport, certains tombant peu après le décollage, a-t-il indiqué.

Stanage a averti que le retrait du 31 août pourrait signifier de nouvelles horreurs.

La promesse de la Maison Blanche de riposter aux attentats semblait vide de sens compte tenu l’approche de son propre délai de retrait, a-t-il noté.

Une éventuelle victoire de Washington avec l’évacuation des personnes s’est enfouie dans la poussière des attentats de l’aéroport, alors que les républicains intensifient leurs critiques déjà vigoureuses à l’égard du démocrate, a indiqué l’analyste.

Le sénateur Lindsey Graham (républicain de Caroline du Sud) souhaite que le président soit destitué, ce qui est peu probable mais qui permet d’une certaine manière de véhiculer l’image d’un mandataire faible à la tête du pays.

Jusqu’à il y a quelques semaines, Biden a maintenu des taux d’approbation décents et stables, obtenant un large soutien à sa gestion face à la pandémie de Covid-19, mais les événements en Afghanistan semblent obscurcir sa position et donne des armes à ses adversaires en vue des élections de mi-mandat de 2022.

De nombreux observateurs politiques doutent qu’il s’agisse d’une question importante dans six mois, et certainement pas lors des élections de mi-mandat prévues pour novembre 2022.

Cependant, il est tout aussi plausible que le chaos de Kaboul laisse une image de faiblesse et d’incompétence de Biden qui pourrait ne pas s’effacer de sitôt.

peo/mem/lb

EN CONTINU
notes connexes