jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’attitude des gardes-frontières nord-américains face aux migrants haïtiens qualifiée de chasse à l’homme

Port-au-Prince, 22 septembre (Prensa Latina) Le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme (Cardh) a qualifié aujourd’hui de chasse à l´homme les actions d’agents des États-Unis contre les migrants haïtiens qui se trouvent depuis des jours à la frontière sud du pays. 

La plate-forme a critiqué la persécution à cheval des gardes-frontières contre les haïtiens qui ont franchi illégalement la frontière et a appelé au respect des droits de l’Homme des personnes.

Le Cardh a recommandé au président nord-américain Joe Biden un moratoire sur les déportations massives, jusqu’à ce que s’améliore la situation sociopolitique en Haïti, marquée par la détérioration accélérée des conditions de vie, l’instabilité politique, l’augmentation de la criminalité, en particulier les tortures, les viols et les assassinats.

L’organisation reconnaît le droit à l’autodétermination des peuples, et la liberté de chaque pays de définir ses politiques de migration et de sécurité intérieure, mais appelle au respect de la dignité humaine, des principes sous-jacents aux droits de l’Homme (égalité, non-discrimination) et à la morale internationale.

La veille, le Bureau de protection du citoyen du pays caribéenn a également critiqué le traitement dont sont victimes les haïtiens à la frontière sud des États-Unis et a appelé les autorités à rechercher des solutions entre les gouvernements concernés.

L’entité a indiqué que le Ministère des Affaires étrangère local doit dialoguer avec les autorités mexicaines et nord-américaines, et ce à la recherche d’un moratoire en faveur des milliers de compatriotes exposés à la déportation.

De même, un groupe d’avocats haïtiens basés aux États-Unis a annoncé son intention de déposer une plainte pour mettre fin à ce qu’ils considèrent comme des expulsions sommaires.

Dimanche et lundi, au moins 560 Haïtiens ont été déportés des États-Unis, tandis que le gouvernement local a confirmé qu’il accepterait toutes les personne renvoyées.

peo/mgt/Ane

EN CONTINU
notes connexes