mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le sommet de l’UE axé sur le différend avec la Pologne

Bruxelles, 21 octobre (Prensa Latina) Les dirigeants de l’Union européenne (UE) ont tenu aujourd’hui un sommet dont l’ordre du jour a été centré sur le différend avec la Pologne et a fait suite à de forts débats bilatéraux au sein du Parlement européen. 

Ursula von der Leyen (chef de l’exécutif européen) et le premier ministre polonais (Mateusz Morawieck) ont eu des échanges musclés devant l’assemblée législative sur les questions climatiques et la relance post-Covid-19.

Le gouvernement de Varsovie a conditionné les réformes relatives au changement climatique à l’approbation par l’UE du fonds de relance post-Covid, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans le différend bilatéral.

M. Morawiecki a reprouvé ce qu’il a qualifié de « chantage » de la part du mécanisme régional qui s’est à son tour inquiété de l’état de droit en Pologne.

Le plan de l’UE prévoit une réduction de 55 % des émissions de dioxyde de carbone d’ici à 2030, mais Varsovie souhaite également que ses « conditions » soient prises en compte.

La Pologne est le pays  européen la plus dépendante du charbon dans le bloc d’intégration, avec environ 70 % de son énergie provenant du charbon.

Officiellement, l’ordre du jour du sommet comprend deux points critiques relatifs à la lutte contre la crise énergétique et à la définition d’une politique migratoire commune.

Des échanges sont également prévus sur les actions contrant la pandémie, les questions liées au commerce et à la transition vers le numérique et les énergies bas carbone.

Les sources diplomatiques consultées à Bruxelles s’accordent à dire que « l’intention des dirigeants est de traiter de la Pologne mais d’éviter que le sommet ne s’enlise dans un débat sans fin », selon la presse régionale.

Le différend entre Bruxelles et Varsovie porte notamment sur des questions liées au respect de l’État de droit dans la nation d’Europe de l’est.

Les frictions bilatérales ont conduit les experts internationaux à envisager un Polexit (sortie de la Pologne de l’UE).

Dans ce contexte, les gouvernements français et allemand éviteront une attaque généralisée contre la Pologne. 

Finalement, l’Allemagne s’est prononcée en faveur du maintien des canaux de dialogue ouverts afin d’éviter un Polexit, raison pour laquelle la chancelière allemande Angela Merkel pourrait organiser une rencontre bilatérale avec M. Morawiecki, selon la presse régionale.

jcc/mem/ehl

 
EN CONTINU
notes connexes