mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Nicaragua et le Honduras signent un accord historique sur leurs frontières

Managua, 28 octobre (Prensa Latina) Les présidents du Nicaragua, Daniel Ortega, et du Honduras, Juan Orlando Hernández, ont signé hier un accord pour la délimitation des frontières maritimes entre les deux pays, en réponse aux arrêts de La Haye sur la question. 

La convention, définie comme un traité intégrationniste visant à établir une route de paix, reconnaît mutuellement la frontière dans le golfe de Fonseca et représente les verdicts de la Cour internationale de Justice des années 1960, 1992 et 2007.

Le document garantit également les droits souverains de Tegucigalpa sur cette portion partagée avec le Nicaragua et El Salvador et constitue, de l’avis du mandataire Daniel Ortega, une étape historique et un appel au maintien de la zone en tant que zone de développement durable et de sécurité.

Selon le président, l’accord bilatérale symbolise l’unité et l’avancement des programmes et des projets menés dans le Golfe.

Ortega a également évoqué le report du Pacte, dont le précédent est l’adoption d’un accord tripartite axé sur le développement du golfe et sa transformation en un espace de progrès économique et social, Car dans ce pari d’unir des volontés ‘il y eut des difficultés avec le gouvernement du Salvador’, a-t-il signalé.

Le texte note également que les parties acceptent et respectent l’arrêt de La Haye de 2007 relatif aux frontières maritimes dans les Caraïbes et conviennent de l’utilisation de l’embouchure du fleuve Coco comme point final de la frontière terrestre, coordonnées enregistrées en 2011 par les commissions techniques.

L’accord, entériné par les congrès du Honduras et du Nicaragua, détermine la révision des limites tous les 10 ans par des délégations mixtes; reconnaît la présence des trois pays dans le golfe de Fonseca, entrée protégé de l’océan Pacifique, et décrète sa délimitation du point d’Amapala à la pointe de Cosigüina.

Le président Juan Orlando Hernández a pour sa part affirmé que le rêve intégrationniste du militaire et politique Francisco Morazán est de plus en plus proche et que l’accord ‘laisse derrière lui un conflit de nombreuses années et ouvre un chemin d’opportunités pour nos peuples.

peo/jha/dgh

EN CONTINU
notes connexes