lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Inde pourrait parvenir à des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2070

Londres, 2 novembre (Prensa Latina) L’Inde atteindra des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2070, a annoncé aujourd’hui le Premier ministre indien Narendra Modi au Sommet des leaders mondiaux sur le changement climatique dans la ville écossaise de Glasgow.

Le forum au Royaume-Uni, auquel participent les chefs d’État et de gouvernement de plus de 120 pays, précède la 26e conférence des parties (COP26) à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

L’expression « émissions nettes nulles de carbone » désigne une situation dans laquelle une région absorbe autant de carbone qu’elle en rejette dans l’atmosphère, rapporte Scroll.

M. Modi a également indiqué que, d’ici 2030, l’Inde répondrait à la moitié de ses besoins énergétiques grâce à des sources d’énergie renouvelables.

Il a de même fait remarquer que   « l’Inde ne représente que 5 % des émissions mondiales, alors qu’elle compte 17 % de la population mondiale.

Selon lui, la réponse mondiale au changement climatique doit inclure l’adaptation et pas seulement l’atténuation, ce qui est une injustice pour les pays les plus touchés par le réchauffement de la planète.

L’adaptation pour sa part aurait dû être  une composante importante des politiques et des plans gouvernementaux. Un certain nombre de services civiques à l’instar de l’eau potable et des logements abordables devraient être résistants au climat.

« De nombreuses communautés traditionnelles ont des connaissances sur la manière de coexister pacifiquement avec la nature », a déclaré M. Modi.

Selon le dirigeant indien, les pratiques traditionnelles devraient se voir accorder l’importance nécessaire dans nos politiques d’adaptation et devraient également être incluses dans les programmes scolaires afin que ces connaissances atteignent la jeune génération.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a quant à lui souligné la nécessité de maintenir l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, afin d’éviter des conséquences plus graves.

M. Guterres a souligné que dans le but d’atteindre un tel critère édicté par l’accord de Paris les émissions mondiales devaient être réduites de 45 % d’ici à 2030.

jcc/mem/abm

 
EN CONTINU
notes connexes