samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une accusation des tentatives de destruction de l’Éthiopie comme en Libye et en Syrie

Addis-Abeba, 3 novembre (Prensa Latina) Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a dénoncé aujourd’hui les groupes nationaux et internationaux qui conspirent pour créer une crise dans le pays et le mener à la dévastation et à l’instabilité subies auparavant  en Libye et en Syrie.

« L’alliance de nos ennemis n’est pas le fruit d’une simple propagande. L’objectif de ces forces est clair. Ils cherchent à détruire une nation entière, pas à la construire », a-t-il déclaré dans un message.

Publié en hommage aux victimes de l’attaque du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) contre le commandement nord des forces de défense nationale le 3 novembre 2020, le texte déclare que l’attaque « n’était pas une simple tentative de dépouiller l’Éthiopie de ses armements de défense ».

Pour le lauréat du prix Nobel de la paix 2019, il s’agissait d’une attaque perfide et fatale, d’un attentat odieux commis directement contre l’Éthiopie, d’un assaut rusé et criblé de malice.

Comme il l’a souligné, « il n’y a personne qui ait exercé un niveau de cruauté contre l’Éthiopie aussi élevé que celui du groupe terroriste. »

« Non seulement ils se sont retournés contre leurs propres camarades et les ont tués alors qu’ils étaient les plus vulnérables, mais ils ont également dépouillé les cadavres de leurs vêtements et les ont jetés à l’air libre comme fourrage pour les bêtes sauvages », a déclaré le premier ministre.

Les objectifs du groupe étaient d’embarrasser et de punir le Commandement du Nord, de faire en sorte que ses membres se sentent faibles et sans défense, et de créer la méfiance et la discorde au sein des forces.

« Le Commandement du Nord rassemble « les Amharas, les Oromos, les Sidamas, les Wolayites, les Afaris, les Gambellas, les Gurages, les Hadiyas et d’autres nations et nationalités, organisés pour protéger le pays ». Il a souligné qu' »il n’a jamais eu de mauvaises intentions à l’encontre de la région du Tigré et de ses habitants ».

L’histoire rendra son jugement à l’avenir. Le lâche sera enregistré comme un lâche, et le méchant comme un méchant homme. Les générations à venir se souviendront des terroristes pour leur traîtrise. «  En revanche, les noms de nos héros tombés au combat seront à jamais inscrits dans l’or », a-t-il déclaré.

En réponse à l’attaque du Commandement Nord, Ahmed a ordonné le déploiement de troupes dans le Tigré le 4 novembre pour réduire le Front accusé de violations des droits de l’Homme, parmi de nombreux autres crimes, et déclaré organisation terroriste par le Parlement.

En moins de 30 jours, l’armée a pris le contrôle de Mekele, la capitale de l’État, mais les dirigeants et les membres du TPLF se sont échappés et ont commencé à réorganiser le groupe dans les zones adjacentes.

En juin dernier, le TPLF a profité d’un armistice gouvernemental pour retourner sur le territoire et, en outre, étendre les hostilités aux régions Afar et Amhara, où les personnes, le bétail, les cultures, les écoles, les centres d’aide sociale, les camps de personnes déplacées et même les mosquées sont les cibles de leur criminalité.

jcc/oda/raj

 
EN CONTINU
notes connexes