samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le cinéma cubain marque la journée du festival de New York

Washington, 8 novembre  (Prensa Latina) Le calendrier du Festival du film de la Havane à New York offre lundi un regard plus attentif sur la filmographie cubaine, avec la présentation des films « Brouwer :  el origen de la sombra », « Órgano » et « Agosto ».

Les films font partie d’une sélection de dix projets qui témoignent de la santé du septième art sur l’île, en plus de titres provenant d’Argentine, du Chili, de Colombie, du Guatemala, du Mexique, du Pérou, de Porto Rico, d’Espagne et des États-Unis.

« Brouwer : el origen de la sombra », réalisé par Katherine T. Gavilán et Lisandra López, ouvre les portes de l’univers du musicien cubain Leo Brouwer à travers le témoignage graphique de sa vie quotidienne, de ses processus créatifs et de son œuvre.

Le documentaire explore les préoccupations du créateur par rapport à l’art, à la nation caribéenne « et au film lui-même, tout ce qu’il est essentiel pour lui de partager dans ses huit décennies d’existence », détaille le synopsis du film.

Le long métrage de fiction Agosto d’Armando Capó est un portrait de Cuba à l’été 1994, marqué par la période dite spéciale et la multitude de personnes qui ont pris la mer pour une « vie meilleure » aux États-Unis.

Le film, produit avec le soutien de la France et du Costa Rica, se concentre sur la vie de Carlos, qui se heurte à cette réalité lorsque les voisins et les amis commencent à partir, tandis qu’un problème plus important émerge : l’éloignement et la rupture de nombreuses relations affectives.

« L’orgue », de Rosa María Rodríguez, rappelle l’histoire de cet instrument de musique, introduit dans la plus grande des Antilles au XIXe siècle, qui distingue la sonorité de l’est du pays et auquel la famille Ajos rend hommage avec un festival traditionnel dans une communauté de la province de Holguín.

Des titres tels que la coproduction britannique « Mambo Man » (2020), réalisée par Edesio Alejandro et Mo Fini, « Giselle » d’Enrique Pineda Barnet, « Se Permuta » de Juan Carlos Tabío, « A media voz » d’Heidi Hassan et Patricia Pérez et « Retrato de un artista siempre adolescente »  de Manuel Herrera complètent le programme cubain.

Dans sa 21e édition, l’événement qui se déroule au Village East Cinema jusqu’au 11 novembre, propose une approche des voix cinématographiques d’Amérique latine et des Caraïbes, comme une manière de ratifier la valeur de l’art dans le développement des communautés, indique le site web du festival.

jcc/acl/lbl

EN CONTINU
notes connexes