mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba plaide à l’ONU pour un nouvel ordre international plus juste

Nations Unies, 9 novembre (Prensa Latina) Le représentant permanent de Cuba auprès des Nations Unies, Pedro Luis Pedroso, a souligné aujourd’hui au Conseil de Sécurité de l’ONU que le monde a besoin d’un nouvel ordre international plus juste pour faire face aux inégalités. 

Lors du débat public sur le thème « Maintien de la paix et de la sécurité internationales : exclusion, inégalité et conflits », l’ambassadeur cubain a également plaidé en faveur d’une réforme de cet organisme de 15 membres.

À l’heure actuelle, il est urgent d’accroître la représentation des pays du Sud, la démocratie, la transparence et l’ouverture dans les travaux du Conseil, et de mettre fin à son ingérence dans le mandat et les fonctions de l’Assemblée Générale et d’autres organes de l’entité pour préserver l’efficacité et la crédibilité de l’ONU, a-t-il souligné.

La prévalence d’un ordre international profondément injuste et antidémocratique, des décennies de néolibéralisme impitoyable, l’existence du capitalisme d’exclusion et ses modes irrationnels de production et de consommation, ont placé l’égoïsme d’une minorité avant les légitimes aspirations d’une majorité, a déclaré le diplomate.

Maintenant, a-t-il observé, la pandémie de Covid-19 est venue aggraver la crise mondiale, laissant sans protection les plus vulnérables, tandis que les plus riches continuent à augmenter leurs bénéfices.

Dans ce contexte, la paix et la sécurité internationales sont constamment menacées par des conflits, des actes d’agression, des guerres non conventionnelles, des tentatives de changement de régime et de fréquentes violations de la Charte de l’ONU et du droit international, a-t-il dénoncé.

Il a également appelé à la cessation de l’application de mesures coercitives unilatérales, qui empêchent une lutte efficace contre la pandémie et la réalisation des objectifs de développement durable.

Au contraire, a-t-il souligné, le renforcement du multilatéralisme s’impose, ainsi que le respect absolu de la Charte des Nations Unies, du droit international et des engagements et obligations contractés.

Il a également évoqué le fait regrettable et inacceptable de la profonde inégalité mondiale d’accès et de distribution des vaccins contre la Covid-19, qui aggrave le fossé Nord-Sud.

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a présidé ce mardi le débat public du Conseil de sécurité sur l’exclusion, les inégalités et les conflits armés.

Devant cet organisme, le mandataire mexicain a dénoncé que le principal obstacle au bien-être, au développement et à la paix est la corruption sous toutes ses formes.

Il a également critiqué le modèle néolibéral qui encourage l’exploitation démesurée des ressources naturelles et exacerbe les inégalités.

peo/Jha/ifb

EN CONTINU
notes connexes