samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Éthiopie réaffirme son attachement à un règlement pacifique de la guerre au Tigré

Addis-Abeba, 11 novembre (Prensa Latina) Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Dina Mufti, a réaffirmé aujourd’hui l’engagement du Gouvernement éthiopien à œuvrer en faveur d’un règlement pacifique du conflit avec le Front populaire de libération du Tigré (TPLF, pour ses sigles en anglais). 

Il a toutefois précisé qu’ « avant tout processus conduisant à une solution pacifique du problème, le groupe terroriste doit mettre fin atrocités contre des innocents, se retirer des zones envahies dans les régions d’Amhara et d’Afar, et respecter le gouvernement fédéral légitime élu démocratiquement »

Mufti, lors d’une conférence de presse, a indiqué que le Haut Représentant de l’Union Africaine pour la corne de l’Afrique, Olusegun Obasanjo, enquêtait sur les affrontements avec le TPLF (sigle en anglais) dans le cadre de ses efforts pour promouvoir la pacification du pays.

L’Éthiopie est toujours attachée à une solution africaine aux problèmes africains, a-t-il déclaré, et a noté qu’Obasanjo a eu des entretiens avec des organismes gouvernementaux, des dirigeants de pays de la région et d’autres acteurs politiques de la nation.

Il a ajouté que de nombreux Ethiopiens résidant dans plusieurs Etats d’Europe et aux Etats-Unis « s’efforcent de contrer la désinformation et la campagne médiatique inappropriée orchestrées par les médias occidentaux contre l’Ethiopie ».

De fausses informations de médias internationaux comme « Addis-Abeba est assiégée » et « le Kenya a fermé la frontière avec l’Ethiopie », montrent comment notre pays doit faire face à une propagande chargée de mensonges, avec l’intention de discréditer tous les efforts du gouvernement, a souligné Mufti.

Il a également fait état de plusieurs démarches et rencontres des autorités fédérales et du propre Ministère des Affaires étrangères avec des représentants et des fonctionnaires de plusieurs organisations internationales, dont la réunion de l’envoyé spécial des États-Unis, Jeffrey Feltman, avec le vice-premier ministre Demeke Mekonnen.

Mekonnen, également ministre des Affaires étrangères, a déclaré à Feltman que si le président Joe Biden suspendait l’Éthiopie de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique, cela affecterait la vie de nombreux Éthiopiens et mettrait en péril les liens bilatéraux.

S’agissant de l’arrestation de chauffeurs de l’Organisation des Nations Unies, engagés par le Programme alimentaire mondial, Mufti a déclaré que « l’Éthiopie ne tolérera personne qui viole les lois et l’ordre de la nation ».

peo/mem/raj

EN CONTINU
notes connexes