lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba et les Etats-Unis auraient beaucoup à partager sans le blocus

Washington, 15 novembre (Prensa Latina) Cuba et les Etats-Unis auraient beaucoup à s’offrir l’un à l’autre si le blocus n’existait pas aujourd’hui, a déclaré l’émigré Félix Sharpe en rejetant cette politique absurde imposée à son pays par les gouvernements de la Maison Blanche.

Si s’ouvrait, se normalisait et était autorisé le commerce cela changerait tout pour les deux parties, a déclaré Sharpe depuis l’État du Michigan lors de déclarations à Radio Miami.

« Cuba a réussi à accomplir tant de bonnes choses pour le monde, imaginez une Cuba sans blocus, la médecine cubaine sans blocus, l’économie sans blocus, que l’on puisse négocier sans crainte de sanctions, Cuba serait un pays du premier monde », a-t-il manifesté.

Il a également déclaré que, grâce à son expérience en matière d’éradication de l’analphabétisme, Cuba pourrait également apporter, par exemple, à Detroit, l’une des villes du Michigan où le taux d’analphabétisme est le plus élevé.

Soulignant que la souveraineté de l’île doit être respectée, Sharpe a déclaré que ce siège unilatéral « est absurde » et destiné à causer des difficultés à l’être humain, ce qu’il a qualifié d’injuste.

Il a expliqué qu’il y a plus de 50 mille Cubains qui vivent dans cet État des États-Unis et que depuis des années beaucoup travaillent là-bas pour la normalisation entre les deux.

Il a anticipé que pour le premier trimestre de 2022 environ 28 législateurs d’Etat projettent de se rendre à Cuba et a rappelé que d’autres l’ont fait récemment.

En outre, il a indiqué que des collectifs de solidarité avec l’île avaient collecté des fonds pour acheter du lait en poudre, des aliments et des produits d’hygiène féminine, dont ils préparent la première livraison avant la fin de l’année.

Au cours de l’interview accordée à la station de radio, Sharpe a critiqué le fait que le président Joe Biden « ne finisse pas d’honorer ses promesses » de campagne à l’égard de Cuba et qu’il maintienne la même ligne que Donald Trump.

Il a averti que les démocrates ont peur du monde politique de la Floride et qu’il semble que l’occupant actuel du Bureau ovale soit intéressé à « respecter ceux qui ne l’ont pas élu » en pensant en termes électoraux.

Il a indiqué que Biden ne voulait peut-être pas prendre de risques, compte tenu des élections de mi-mandat de l’année prochaine et au-delà, si le Biden décidait de se réélire en 2024.

Émigré avec ses parents aux États-Unis en 1966, ce n’est qu’en 2012 que Sharpe a pu retourner à La Havane: « et j’ai adoré », a-t-il indiqué en saluant la réouverture de Cuba aux voyageurs internationaux ce 15 novembre après 20 mois de combat contre la pandémie de Covid-19.

Il a confirmé qu' »il y a de l’espoir, un mouvement aux États-Unis pour reprendre le processus de rapprochement » qui a commencé en 2014, lors de la dernière étape du mandat de Barack Obama, qui a ensuite été interrompu par Donald Trump.

peo/mem/dfm

EN CONTINU
notes connexes