mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Luis Arce s’excuse auprès de Cuba pour le comportement des putschistes en 2019

La Havane, 14 décembre (Prensa Latina) Le président de la Bolivie, Luis Arce, s’est excusé aujourd’hui au nom de son gouvernement et de ses compatriotes pour les vexations infligées aux coopérants cubains de la santé lors du coup d’État de 2019.

« Je voulais être dans ce beau pays (…) pour demander pardon à Cuba, aux professionnels de la santé de ce pays pour les abus et les multiples formes d’agression qu’ils ont subis (…) de la part de ceux qui ont interrompu la continuité démocratique (en Bolivie) », a manifesté le mandataire.

Arce, présent dans cette capitale à l’occasion du vingtième Sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), a rappelé cette étape si difficile de l’histoire récente de son pays et a critiqué l’attitude de ceux qui ont agressé les collaborateurs de l’île caribéenne.

Il a salué le travail accompli par ces spécialistes et la contribution apportée dans d’autres secteurs, comme celui de l’éducation, qui a permis à la Bolivie d’être reconnue comme le troisième pays d’Amérique latine exempt d’analphabétisme.

Dans le contexte du coup d’État contre le gouvernement d’Evo Morales, des coopérants cubains de la santé ont été arrêtés par le gouvernement de facto sans motif apparent et soumis à des sévices physiques et psychologiques.

« Les autorités en place ont mené une campagne féroce de mensonges et de déformations contre Cuba, en particulier contre la coopération médicale cubaine, qui a incité publiquement à la violence contre notre personnel de santé et qui a compris des perquisitions et des fouilles brutales, illégales et injustifiées, de fausses accusations et de arrestations de collaborateurs cubains », avait alors déclaré La Havane.

Ces agissements faisaient partie à part entière d’une campagne du gouvernement des États-Unis visant à discréditer le principe de solidarité de la politique étrangère de Cuba, dont sa coopération médicale comme l’une de ses expressions les plus authentiques, humaines et nécessaires.

Ces actions, et d’autres qui ont entravé les relations bilatérales, ont conduit à la rupture des liens diplomatiques entre Cuba et la Bolivie, rétablis près d’un an plus tard avec le retour de la démocratie et la victoire dans les urnes d’Arce et du Mouvement Vers le Socialisme (MAS).

peo/mem/avs

 
EN CONTINU
notes connexes