lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Rejet en France du débat contre Cuba au Parlement Européen

Paris, 16 décembre (Prensa) Des législateurs, des associations solidaires et des forces politiques ont aujourd’hui joint leurs voix en France au rejet d’une nouvelle croisade au sein du Parlement européen pour agresser Cuba avec le thème des droits de l’Homme comme instrument d’attaque. 

François-Michel Lambert, président du Groupe Amitié France-Cuba à l’Assemblée Nationale Française, a adressé une lettre au Parlement européen appelant les députés à ne pas se prêter à la manœuvre de ce jeudi, par laquelle il a estimé que ce forum se subordonne aux intérêts nord-américains.

Dans cette lettre, il a qualifié d’obsession les actions promues par certains parlementaires qui, dans leurs initiatives et résolutions, ignorent le blocus imposé par les États-Unis à l’île depuis 60 ans, et intensifié par l’administration de Donald Trump avec des mesures maintenues par son successeur, Joe Biden.

Il a également questionné le fait que l’impact de la politique de Washington sur les entrepreneurs et les citoyens européens eux-mêmes, au regard de l’extraterritorialité du blocus, ne soit pas reconnu.

Ils n’est pas non plus dit qu’à Cuba 90 % de la population est vaccinée contre la Covid-19 et que leurs produits immuniseront des centaines de millions de personnes dans le monde, a souligné le député Lambert.

La plus grande des Antilles, a-t-il poursuivi, participe à la lutte contre le terrorisme international, garantit l’égalité des sexes, n’a pas de politique contre les homosexuels et assure l’éducation et la santé gratuites pour tous, un niveau de progrès social que certains pays européens sont loin de montrer.

Les associations solidaires Cuba Si France et France Cuba ont également condamné la manœuvre prévue au sein du Parlement européen et ont réaffirmé leur soutien à l’île et à sa Révolution.

Cuba Si France a rédigé une lettre publique de prise de position, adressée au président du Parlement européen, David-Maria Sassoli, et au Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell.

Cette nouvelle action fait partie de la guerre non conventionnelle menée contre l’île depuis des décennies, et vise à nuire à son image avec les droits de l’Homme comme prétexte, a-t-elle dénoncé.

L’organisation a qualifié le débat de ce jeudi d’acte flagrant de violation des principes de non-ingérence et de respect de la souveraineté.

C’est en outre une manœuvre cynique qui cherche à discréditer un pays reconnu pour sa solidarité avec d’autres peuples, et qui s’ajoute aux agressions des États-Unis et à l’intention de lui imposer un changement de régime, par l’encouragement et le financement de contre-révolutionnaires, qu’ils tentent de présenter comme des défenseurs des droits de l’Homme et des prisonniers politiques, a déclaré l’organisation.

peo/jf/wmr

EN CONTINU
notes connexes